Thumbnail Image

SMIAR Alerte Spéciale No. 335 - Yémen

L’urgence humanitaire s’aggrave à mesure que le conflit s’intensifie La campagne agricole de 2015 menacée









Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Brochure, flyer, fact-sheet
    Alerte Spéciale No. 332- IRAQ, 25 Juin 2014 2014
    Also available in:

    L’Iraq se trouve de nouveau dans une situation humanitaire précaire en raison de l’escalade récente du conflit armé. De longues années d’instabilité avaient provoqué des crises humanitaires prolongées et une importante dégradation tant de l’accès aux services essentiels que de la qualité de ces derniers. Malgré les quelques progrès enregistrés ces dernières années, qui avaient permis de limiter les pénuries alimentaires, l’insécurité civile, la perturbation des marchés, la faiblesse des revenus et le manque d’accès à des quantités suffisantes de nourriture restent les principales causes de l’insécurité alimentaire en Iraq. Le système de distribution publique est toujours la principale source de nourriture pour les Iraquiens pauvres, bien que d’après les rapports, le taux de dépendance ait diminué, passant de 67 pour cent en 2007 à 57 pour cent en 2011.
  • Thumbnail Image
    Newsletter
    Mise à jour SMIAR – La République d’Haïti, 20 mai 2024 2024
    Also available in:

    L’insécurité alimentaire en Haïti ne cesse de s’aggraver depuis 2018 en raison de revers économiques et d’une production agricole inférieure à la moyenne, une situation exacerbée par l’escalade de la violence. L’intensification de la violence a perturbé l’approvisionnement alimentaire, entravé l’accès aux services essentiels, accru les déplacements internes de population et nui à l’acheminement de l’aide humanitaire. Le nombre de personnes confrontées à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë devrait atteindre un niveau record de 5 millions entre mars et juin 2024, soit la moitié de la population analysée.
  • Thumbnail Image
    Brochure, flyer, fact-sheet
    Burkina Faso | Aperçu de la réponse (novembre 2021) 2021
    Also available in:
    No results found.

    Sans une assistance d’urgence au Burkina Faso, 2,6 millions de personnes risquent de se trouver en insécurité alimentaire aiguë (phase 3+ du Cadre Harmonisé) pendant la prochaine période de soudure (juin-août 2022). Les principaux facteurs nuisant à la sécurité alimentaire des populations, tels que l’aggravation de l’insécurité, les attaques de la chenille légionnaire d’automne (plus de 43 500 ha infestés), les attaques d’oiseaux granivores, les inondations et les périodes de sécheresse, risquent d’entraîner une baisse de la production agricole, estimée à 9 pour cent pour les céréales et près de 26 pour cent pour les autres cultures vivrières par rapport à l’année passée. L’insécurité grandissante, qui entraîne un accès limité aux points d’eau et aux zones de pâturage dans certaines communes, et la fermeture des frontières terrestres en raison de la covid-19 (avec le Bénin et le Togo notamment), perturbent significativement lesdéparts en transhumance, les activités d’élevage et le contexte économique de l’ensemble du pays. La réduction des surfaces cultivables entraîne une énorme pression et une compétition accrue sur les ressources encore disponibles, ce qui engendre de nouveaux conflits ou alimente les conflits existants. Les effets résiduels de la covid-19 continuent de perturber les échanges transfrontaliers et l’approvisionnement du pays en produits importés, exacerbant davantage les vulnérabilités des ménages. Il est urgent de fournir une assistance, à travers l’approche du nexus humanitaire-développementpaix, aux communautés d’accueil et aux ménages déplacés, afin de renforcer durablement la cohésion sociale et la résilience des populations touchées par les conflits, les effets du changement climatique et l’insécurité alimentaire.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.