Thumbnail Image

Stratégie d’appui à la résilience | 2018–2023 | Renforcement des moyens d’existence agropastoraux










Also available in:
No results found.

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Brochure, flyer, fact-sheet
    République centrafricaine: Transhumance et agropastoralisme
    Résilience – Fiche programmatique
    2019
    Also available in:
    No results found.

    Avec environ 16 millions d’ha de pâturage, largement sous exploités, presque autant de terres cultivables et un réseau hydrographique dense et présent sur tout le territoire national, la République centrafricaine constitue une zone clé pour la survie du bétail en Afrique centrale. Toutefois, la crise militaro-politique que traverse le pays depuis 2013 a particulièrement touché le secteur de l’élevage transhumant. Pour répondre aux défis multiples et améliorer la cohésion sociale au niveau local, la FAO a déjà mené plusieurs interventions et prévoit de poursuivre un certain nombre d’actions visant à la protection et la restauration des moyens d’existence des communautés agropastorales.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Jeunes pasteurs en ville
    Contexte institutionnel des jeunes issus des populations pastorales - Perceptions, dispositifs et stratégies d'action publique au Tchad
    2020
    Also available in:
    No results found.

    Un faible niveau de scolarisation, l’absence de formation professionnelle et la marginalisation justifient une réflexion spécifique pour améliorer l’inclusion sociale et économique des jeunes pasteurs. Cette étude analyse le contexte institutionnel d’intégration des jeunes issus de milieu pastoraux en ville et les perceptions publiques au Tchad (Janvier 2019 à N'Djamena, Février 2019 à Dourbali). Trois enjeux principaux sont traités : la perception publique des migrations de jeunes des régions pastorales et du pastoralisme ; les services existants concernant ces jeunes ; les actions potentielles de soutien à l’intégration des jeunes migrants des régions pastorales vers les villes. Les principaux résultats de cette étude sont: Le manque de données résulte et entretient des divergences de perceptions entre acteurs publics sur les besoins des jeunes pasteurs au Tchad. La question du soutien aux jeunes pasteurs dans la société tchadienne ne constitue pas un enjeu d’action publique. Les facteurs de migration des jeunes hommes doivent être compris dans un ensemble de changements au sein et autour des économies pastorales. A défaut, les options politiques risquent d’être limitées à des décisions non pertinentes, telles que: (i) vouloir maintenir tous les jeunes en milieu rural (ii) sédentariser les nomades. L’accent mis par les partenaires techniques et financiers du développement (PTF) sur “la jeunesse” et l’emploi des jeunes ne se traduit pas encore dans des politiques à grande échelle ; les jeunes migrants des zones pastorales restent un point aveugle de l’aide internationale et des politiques publiques, entre la sécurisation des systèmes pastoraux et le soutien aux populations urbaines.
  • Thumbnail Image
    Brochure, flyer, fact-sheet
    Burkina Faso | Aperçu de la réponse (novembre 2021) 2021
    Also available in:
    No results found.

    Sans une assistance d’urgence au Burkina Faso, 2,6 millions de personnes risquent de se trouver en insécurité alimentaire aiguë (phase 3+ du Cadre Harmonisé) pendant la prochaine période de soudure (juin-août 2022). Les principaux facteurs nuisant à la sécurité alimentaire des populations, tels que l’aggravation de l’insécurité, les attaques de la chenille légionnaire d’automne (plus de 43 500 ha infestés), les attaques d’oiseaux granivores, les inondations et les périodes de sécheresse, risquent d’entraîner une baisse de la production agricole, estimée à 9 pour cent pour les céréales et près de 26 pour cent pour les autres cultures vivrières par rapport à l’année passée. L’insécurité grandissante, qui entraîne un accès limité aux points d’eau et aux zones de pâturage dans certaines communes, et la fermeture des frontières terrestres en raison de la covid-19 (avec le Bénin et le Togo notamment), perturbent significativement lesdéparts en transhumance, les activités d’élevage et le contexte économique de l’ensemble du pays. La réduction des surfaces cultivables entraîne une énorme pression et une compétition accrue sur les ressources encore disponibles, ce qui engendre de nouveaux conflits ou alimente les conflits existants. Les effets résiduels de la covid-19 continuent de perturber les échanges transfrontaliers et l’approvisionnement du pays en produits importés, exacerbant davantage les vulnérabilités des ménages. Il est urgent de fournir une assistance, à travers l’approche du nexus humanitaire-développementpaix, aux communautés d’accueil et aux ménages déplacés, afin de renforcer durablement la cohésion sociale et la résilience des populations touchées par les conflits, les effets du changement climatique et l’insécurité alimentaire.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.