Thumbnail Image

Dimitra Bulletin 17

Femmes rurales, Genre et Développement






Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Book (series)
    L'état de l'insecirité alimentaire dans le monde 2012
    La croissance économique est nécessaire mais elle n'est pas suffisante pour accélérer la réduction de la faim et de la malnutrition
    2012
    L'état de l'insécurité alimentaire dans le monde 2012 présente de nouvelles estimations de la sous-alimentation, calculées au moyen d’une méthode révisée et améliorée. D’après ces nouvelles estimations, la lutte contre la faim menée ces vingt dernières années a donné de meilleurs résultats que ce que l'on pensait. Si l’on redouble d'efforts, la cible correspondante des Objectifs du Millénaire pour le développement pourrait être atteinte au niveau mondial d'ici à 2015. Le nombre de personnes qui souffrent de sous-alimentation chronique reste cependant à un niveau inacceptable et l'éradication de la faim demeure un enjeu mondial majeur. Cette année, le rapport montre aussi en quoi la croissance économique contribue à la lutte contre la sous-alimentation. La croissance est un outil efcace de lutte contre la pauvreté et la faim dès lors qu’elle crée des emplois et des sources de revenus dont les pauvres peuvent proter. Une croissance agricole durable, en particulier, a souvent des ret ombées sur les pauvres, parce que la plupart de ceux qui sont touchés par la pauvreté et la faim vivent en zone rurale, en grande partie de l'agriculture. La croissance ne contribuera pas pour autant à améliorer la nutrition pour tous. Pour qu’elle y contribue, les politiques et les programmes de croissance doivent aussi promouvoir la diversication de l'alimentation, l'accès à l'eau potable, à l'assainissement et aux services de santé, et l'éducation des consommateurs en matière de nutrition et de soins aux enfants. Il faut du temps pour que la croissance économique atteigne les pauvres et, parfois, elle n’arrive jamais jusqu’aux plus pauvres. Il est donc crucial de recourir à des mécanismes de protection sociale pour éliminer la faim aussi rapidement que possible. D’ailleurs, s'ils sont bien conçus, de tels mécanismes favorisent aussi la croissance économique, car ils permettent d’accroître le capital humain et aident les agriculteurs à maîtriser sufsamment les risques pour être en mesure d'adopter des techniques modernes. Enn, pour que la lutte contre la faim progresse rapidement, les gouvernements doivent fournir les biens et les services publics essentiels, dans le cadre d'un système de gouvernance qui soit fondé sur la transparence, la participation, l'obligation de rendre des comptes, l'état de droit etle respect des droits de l'homme.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture 2015 (SOFA): Protection sociale et agriculture – briser le cercle vicieux de la pauvreté rurale 2015
    Malgré des progrès importants dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement qui ont trait à la faim et à la pauvreté, près d’un milliard de personnes vivent encore dans l’extrême pauvreté (moins de 1,25 dollar par personne et par jour) et 795 millions continuent de souffrir de faim chronique. Il reste encore beaucoup à faire pour éliminer la faim et la pauvreté d’ici à 2030, comme il est inscrit dans les nouveaux objectifs de développement durable. Les populations qui con naissent l’extrême pauvreté vivent en majorité de l’agriculture, dans les zones rurales des pays en développement. Parmi ces populations, la pauvreté et la malnutrition sont telles que les familles sont enfermées dans un cercle vicieux qui se perpétue de génération en génération. Pour sortir de cette fatalité, nombre de pays en développement mettent en place une nouvelle stratégie qui consiste à associer protection sociale et développement agricole. Des mesures de protection sociale, comme par e xemple une aide pécuniaire au bénéfice des veuves et des orphelins et la garantie d’un emploi dans des travaux publics, peuvent permettre aux plus vulnérables d’échapper à la misère. Elles peuvent permettre aux ménages de se procurer davantage de nourriture et de diversifier leur régime alimentaire. Elles peuvent leur permettre de faire des économies et d’investir dans leurs exploitations et, pourquoi pas, de se lancer dans une nouvelle activité. Les programmes de développement agricole qui aide nt les petits exploitants familiaux à accéder aux marchés et à gérer les risques sont aussi sources d’emplois, de sorte que les familles rurales deviennent plus autonomes et plus résilientes. Associés l’un à l’autre, la protection sociale et le développement agricole peuvent permettre de briser le cercle vicieux de la pauvreté rurale.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Adopter une approche territoriale dans les politiques de sécurité alimentaire et nutritionnelle 2016
    Also available in:

    Les appels à l'action sont nombreux : les gouvernements ont réaffirmé le droit fondamental de chacun d'être à l’abri de la faim lors de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20 en septembre 2012. Cette même année, le Secrétaire général de l'ONU a lancé la campagne « Défi Faim Zéro » pour mettre fin à la faim dans le monde, et le Programme de développement durable à l’horizon 2030, adopté en septembre 2015, confirme l'importance de la sécurité alimentaire et l'éradicati on de la faim est par ailleurs le deuxième objectif de développement durable (ODD 2). Beaucoup de progrès ont été accomplis depuis 1990 pour réduire la faim dans le monde. Pourtant, les défis auxquels font face la sécurité alimentaire et nutritionnelle sont plus présents que jamais. Bien que la production alimentaire à l’échelle mondiale suffise à nourrir l’ensemble des habitants de la planète, environ 800 millions de personnes souffrent malgré cela de l’insécurité alimentaire. Celle-ci touche principalement les populations rurales pauvres. Les trois quarts des populations du monde vivant dans l’extrême pauvreté, sont situées dans les zones rurales des pays en développement. Cela souligne non seulement la portée du problème, mais pointe également une fracture territoriale. De plus, toutes les zones rurales ne sont pas identiques. La plupart des populations pauvres et souffrant d’insécurité alimentaire, vivent dans des régions infranationales qui sont désavantagées de diverses autres m anières : elles manquent d'infrastructures adéquates et de services de base et sont plus vulnérables aux conditions climatiques défavorables. La croissance continue de la population exerce une pression supplémentaire sur ces défis et, avec la migration et l'urbanisation, l'insécurité alimentaire peut aussi devenir un problème de plus en plus urbain. en

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.