Thumbnail Image

Évaluation du rôle et du travail du Bureau sous-régional pour l’Afrique du Nord (SNE) 2017-2020











Annexe 1. Mandat de mission (janvier 2019)

Annexe 2. Contexte de travail du Bureau sous-régional

Annexe 3. Compte-rendu de l’atelier interne (29 et 31 janvier 2020)

Annexe 4. Enseignements des études et évaluations passées

Réponse de la Direction

Rapport de suivi


FAO. 2020. Évaluation du rôle et du travail du Bureau sous-régional pour l’Afrique du Nord (SNE). Série évaluation de programme par pays, 12/2020. Rome.



Also available in:
No results found.

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Principales Réalisations du Bureau Sous-Régional (SNE) de la FAO pour l’Afrique du Nord depuis sa création en 1996 2011
    Also available in:
    No results found.

    La sous région de l’Afrique du nord comprend les cinq pays (Algérie, Lybie, Maroc,Mauritanie et Tunisie) qui ont signé et ratifié en 1989 le traité de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), s’engageant par là à relever collectivement des défis communs de développement et créer un espace économique homogène et intégré. L’agriculture constitue un des piliers fondamentaux des économies des pays de la sous région. En effet, ce secteur contribue avec plus de 15 % à la valeur ajoutée globale, et emploi plus de 35% la population active. Les cinq pays disposent, également, de ressources naturelles diverses à capitaliser dans un contexte de coopération régional. En faveur de sa première restructuration de 1994 et eu égard à l’importance du secteur agricole pour cette sous région, la FAO a créé, en 1996, le Bureau Sous-Régional pour l’Afrique du Nord (SNE), qui a pour mission de promouvoir le développement du secteur agricole et le renforcement de la sécurité alimentaire dans la sous région, à travers notamment, un apport de soutien et de conseils sur les politiques générales et le renforcement de capacités institutionnelles et des ressources humaines. Ce Bureau qui est dirigé par un Coordinateur Sous-Régional était doté, à ses débuts, d’une équipe multidisciplinaire couvrant les domaines de (i) politiques agricoles (ii) ressources en eau et en sols, et (iii) production et protection des végétaux. Cette coopération s’est renforcée avec la signature, en décembre 2003, d’une convention de coopé ration entre la FAO et le Secrétariat Général de l’UMA, qui a permis d’instaurer des consultations régulières entre les deux parties sur les questions d’intérêt commun relevant des domaines de la sécurité alimentaire, du développement agricole et rural et de la gestion des ressources naturelles.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Cooperation FAO - Tunisie en matiere de developpement agricole en tunisie 2011
    Also available in:
    No results found.

    L’intervention de l’Organisation, qui remonte au milieu des années 60, a été axée essentiellement sur des appuis ponctuels ou ciblés aux programmes sectoriels du développement agricole à travers des projets de terrain. C’est à partir de 1986 que le Bureau de la Représentation dans le pays a été ouvert à Tunis. Le Bureau Sous-Régional pour l’Afrique du Nord, créé en 1994 à la faveur de la première restructuration, a été installé à Tunis au cours du premier semestre 1997. L’intégration de la Repré sentation du pays au Bureau Sous-Régional en 1997 a permis de renforcer les interventions dans certains domaines techniques notamment en matière de politiques agricoles, de protection des plantes et des ressources naturelles, grâce à la présence sur place d’une équipe multidisciplinaire couvrant ces domaines.
  • Thumbnail Image
    Book (series)
    Évaluation du programme pays de la FAO en Tunisie 2016–2020 2021
    Also available in:
    No results found.

    L’évaluation du programme de pays de la FAO en Tunisie (2016-2020) examine la pertinence du positionnement stratégique de la FAO par rapport aux priorités du pays et aux avantages comparatifs de l’Organisation ainsi que les contributions de la FAO aux résultats attendus dans les cinq domaines prioritaires du cadre de programmation par pays (CPP) et aux objectifs stratégiques de la FAO. Elle s’adresse principalement au Gouvernement tunisien, au Bureau de pays de la FAO et à leurs partenaires techniques et financiers à des fins d’orientation stratégique, d’éclairage pour la prise de décision et de redevabilité. L’analyse s’appuie sur des données primaires collectées à travers des entretiens semi-structurés auprès des principales parties prenantes, triangulées avec les informations disponibles dans les sources documentaires secondaires et permet d’étayer différentes conclusions. L’action de la FAO apparaît pertinente par rapport aux priorités du pays et de l’Organisation malgré des faiblesses constatées en ce qui concerne la promotion et la diffusion de la connaissance, le soutien aux petits agriculteurs et aux organisations professionnelles et la dimension de genre. Les points forts de la contribution de la FAO révélés par l’étude sont l’appui technique à la formulation et la mise en œuvre des stratégies nationales, la gouvernance des ressources naturelles et la lutte contre les maladies transfrontalières ainsi que la bonne capacité de mobilisation de ressources financières extrabudgétaires, la FAO bénéficiant d’une bonne image auprès des bailleurs de fonds présents dans le pays compte tenu de ses nombreux atouts. Ses deux principales faiblesses apparaissent en revanche liées à la fragmentation de son action guidée par la demande et à l’insuffisance de la valorisation, de la mise à l’échelle et de l’institutionnalisation des acquis de ses projets. L’utilisation du Programme de coopération technique s’est montrée efficace pour répondre aux priorités nationales mais moins pertinente en termes stratégiques et de distribution de l’aide. L’examen conclut en outre que la FAO collabore de manière efficace avec l’administration centrale mais encore trop peu avec d’autres acteurs publics ou privés. Elle doit par ailleurs veiller à mieux équilibrer son engagement entre réformes politiques et institutionnelles et programmes de terrain d’appui direct. L’évaluation émet ainsi différentes recommandations. La FAO devrait tout d’abord orienter son action au cours du prochain CPP vers la transformation agricole durable, inclusive et créatrice d’emploi. Cet objectif unique fédérateur permettrait d’éviter l’éparpillement de son intervention, de favoriser les synergies et de canaliser les investissements publics et privés...

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.