Thumbnail Image

Projet d’opérationnalisation du Système national de vulgarisation et d’appuis/conseils en élevage (SNVACE) - TCP/BKF/3605









Also available in:
No results found.

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Book (series)
    Les Champs-écoles des producteurs pour les petits éleveurs
    Un guide pour améliorer les moyens d’existence à l’intention des décideurs
    2019
    Also available in:

    Les champs-écoles des producteurs (CEP) sur l’élevage sont «écoles sans murs», où groupes de petits éleveurs testent, valident et adaptent les bonnes pratiques agricoles et commerciales qui les aident à parvenir à une production alimentaire durable et à améliorer les moyens d’existence de leurs familles et de leurs enfants. Au cours des deux dernières décennies, les CEP sur l’élevage ont été mis en œuvre/soutenus par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et de nombreuses autres parties prenantes dans de nombreux systèmes de production animale, y compris le pastoralisme et l'agro-pastoralisme, la production laitière, la production avicole, l’élevage de canards associé à la riziculture, l’élevage de lapins, la production porcine et celle de bœufs, chameaux et petits ruminants. Aujourd'hui, les CEP sont utilisés pour le développement de l'élevage dans toutes les régions en développement, et l'intérêt pour l'utilisation de cette approche est grandissant au sein des gouvernements, des ONG, du secteur privé et d'autres parties prenantes. Ce guide a été préparé pour aider les décideurs impliqués dans la formulation de politiques et la planification des programmes à: (i) acquérir des connaissances de base sur l'approche CEP, en mettant l'accent sur la production animale, la santé et la commercialisation; (ii) se renseigner sur la contribution des CEP aux moyens d’existence des communautés tributaires de l'élevage dans divers contextes; (iii) reconnaître les conditions requises pour la mise en œuvre réussie des CEP sur l’élevage; et (iv) comprendre le potentiel de l'approche CEP dans un large éventail de systèmes de production animale et de contextes socio-économiques.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Un guide d’aide à la décision entre les diverses méthodes du conseil agricole. 2019
    Also available in:

    Dans un monde en rapide mutation, les agriculteurs ont besoin de soutien pour innover1 ainsi que de sources fiables d’information, de connaissances, de compétences et de technologies tout au long de la chaîne de valeur de l’agriculture, l’élevage et l’aquaculture. Le rôle et les fonctions de la vulgarisation agricole et des services du conseil agricole (SCA) ont considérablement changé depuis les années 1980 en réponse à l’évolution de la nature comme de la complexité de l’agriculture et des paysages ruraux. Ces changements de la vulgarisation ont introduit de plus nombreux prestataires de services du conseil agricole (ONG, acteurs du secteur privé, organisations de producteurs) audelà du prestataire historique qu’est le secteur public. Des efforts ont orienté aussi les services du conseil agricole vers la demande et les ont plus largement axés sur les besoins relatifs à la subsistance du monde rural. Le rôle traditionnel de transfert de technologie orienté par la production de la vulgarisation a évolué pour porter l’accent sur la participation et l’autonomie des agriculteurs, catalyser et faciliter les processus d’innovation, créer des liens entre les agriculteurs et d’autres acteurs ruraux pour renforcer les relations commerciales, renforcer l’esprit d’entreprise et améliorer l’accès aux intrants et au crédit. De plus, le mandat des services du conseil agricole s’est élargi pour inclure, outre ses objectifs centrés sur la production et la productivité, la sécurité alimentaire, le changement climatique, la nutrition, le genre et la santé, entre autres questions. Malgré ces évolutions, l’une des fonctions fondamentales des services de vulgarisation reste de “faciliter l’accès des agriculteurs, de leurs organisations et d’autres acteurs du marché aux connaissances, à l’information et aux technologies” (Christoplos, 2010). Pour mener à bien ces multiples fonctions, les professionnels de la vulgarisation et leurs organisations doivent employer toute une gamme de méthodes et d’approches. Alors que tout un chacun – programmes et projets des services de la vulgarisation et du conseil agricole – a développé des directives sur les méthodes et les approches de vulgarisation à utiliser et évaluer, des informations détaillées et des directives font encore défaut sur les facteurs à prendre en compte lorsqu’on décide du choix de ces méthodes et approches et de leur pertinence selon l’objectif et le contenu. De ce fait, certains prestataires de services ont penché vers une approche “taille standard”, se servant d’une unique méthode/approche ou de seulement quelques-unes. Des méthodes de vulgarisation mal choisies et mal utilisées peuvent limiter l’efficacité de la prestation de services, diminuant son impact et entraîner une réponse insatisfaisante aux besoins des clients. Ce guide d’aide à la décision est destiné aux professionnels de la vulgarisation et à leurs organisations. Il se veut un outil informatif d’aide à la prise de décisions quant à la méthode ou approche de vulgarisation à utiliser pour proposer des informations, des technologies et des services aux producteurs agricoles, faciliter les interactions et le flux des connaissances. Les conseillers agricoles de terrain, les gestionnaires de la vulgarisation et les planificateurs de programme en seront les utilisateurs attendus.
  • Thumbnail Image
    Project
    Appui au développement intégré des chaînes de valeur agro-pastorales porteuses pour la réinsertion économique des jeunes vulnérables en période post-conflit en République centrafricaine - TCP/CAF/3706 2023
    Also available in:
    No results found.

    L’instabilité politique et son corollaire d’insécurité en République centrafricaine affectent considérablement les activités socio économiques et la cohésion sociale du pays Les jeunes, qui représentent plus de la moitié de la population totale, payent le prix fort de cette situation dès leur naissance violence, malnutrition, faible accès à l’éducation et aux emplois, difficultés à faire entendre leur voix, précarité extrême En guise de réponse, le Gouvernement et les Nations Unies se sont engagés en 2017 sur un programme quinquennal 2017 2021 visant à apporter une réponse multidimensionnelle à près de 1 2 million de jeunes âgés de 15 à 35 ans, avec pour objectif de renforcer les capacités de jeunes en vue d’accroître leur réinsertion socio économique par les activités économiques alternatives au travers de l’entrepreneuriat et l’auto emploi Le projet apportait un appui concret à la relance des secteurs productifs en soutenant la mise en place de modèles d’agrobusiness local, à travers le développement d’activités de maraîchage, de petit élevage et de transformation et de commercialisation de produits agricoles.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.