Thumbnail Image

Rapport de la vingt-sixième session du Comité des pêches. Rome, 7-11 mars 2005.











FAO. Rapport de la vingt-sixième session du Comité des pêches. Rome, 7-11 mars 2005. FAO Rapport sur les pêches. No. 780. Rome, FAO. 2005. 91p.



Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Book (series)
    Rapport de la vingt-huitième session du Comité des pêches. Rome, 2-6 mars 2009. 2009
    Le Comité des pêches a tenu sa vingt-huitième session à Rome (Italie) du 2 au 6 mars 2009. Le Comité a examiné les problèmes qui se posent à l¿échelle internationale ainsi que le programme de la FAO relatif aux pêches et à l¿aquaculture et sa mise en ¿uvre. Dans le cadre du travail à mener à bien pour faciliter et garantir l'application du Code de conduite pour une pêche responsable et ses plans d'action internationaux, le Comité des pêches a encouragé le Secrétariat à procéder à la publicati on des directives techniques sur les pratiques optimales pour le Plan d'action international¿oiseaux de mer. Le Comité s¿est dit favorable à l¿élaboration de directives techniques sur les pratiques optimales relatives à la sécurité en mer. Le Comité est convenu que soient poursuivis les travaux relatifs aux Directives internationales pour l'étiquetage écologique du poisson et des produits des pêches continentales. Le Comité des pêches a recommandé que la FAO continue à fournir au Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction des avis techniques concernant l¿inscription sur les listes de la CITES d¿espèces aquatiques exploitées à des fins commerciales, ainsi que des éléments d¿information aux fins des négociations de l¿Organisation mondiale du commerce relatives aux subventions aux pêches. Le Comité des pêches a réaffirmé sa confiance dans la capacité de la FAO de jouer un rôle de coordination pour mettre en ¿uvre les activités organisées au plan mondial dans le domaine de l¿aquaculture et il a admis qu¿il était nécessaire de renforcer l¿appui au Programme spécial pour le développement de l¿aquaculture en Afrique. Il a été noté que la FAO devrait continuer à jouer un rôle de premier plan en matière d¿assistance pour l¿application des Directives internationales pour la gestion de la pêche profonde en haute mer s¿agissant de la gestion des ressources halieutiques exploitées par la pêche en eaux profon des. Le Comité des pêches a réaffirmé que la pêche illicite, non déclarée et non réglementée restait l¿une des principales menaces pesant sur la viabilité à long terme des pêches et il a fait valoir combien il était important de définir en concertation un projet d¿instrument juridiquement contraignant relatif aux mesures relevant de l¿État du port. Le Comité s'est félicité des résultats de la Conférence mondiale de 2008 sur la pêche artisanale et il a mis en avant les diverses politiques, straté gies et mesures juridiques et sociales adoptées par les Membres pour garantir des moyens d¿existence durables dans le secteur des pêches artisanales marines et continentales. Concernant le programme de travail de la FAO dans le domaine des pêches et de l¿aquaculture, le Comité des pêches a pris note du Plan d¿action immédiate (PAI) pour le renouveau de la FAO (2009 10) et s¿est félicité du renforcement de son rôle en matière de prestation de conseils sur les priorités à suivre.
  • Thumbnail Image
    Book (series)
    Rapport de la trente et unième session du Comité des pêches
    null
    2015
    Le Comité des pêches s'est réuni au Siège de la FAO, à Rome (Italie), du 9 au 13 juin 2014, pour sa trente et unième session. Le Comité a examiné des questions de portée internationale, ainsi que le programme de la FAO en matière de pêche et d'aquaculture et la mise en œuvre de celui-ci. Il s'est félicité du rapport sur La situation mondiale des pêches et de l'aquaculture – 2014 et il a souligné qu'il fallait prendre de nouvelles mesures pour reconstituer les stocks de poissons. Le Comité a salu é le nouveau questionnaire en ligne sur la mise en œuvre du Code de conduite de la FAO pour une pêche responsable («le Code») et il a demandé à l'Organisation de le réexaminer et de l'enrichir. Tout en prenant acte des progrès accomplis par les membres dans la mise en œuvre du Code et des instruments connexes, le Comité a souligné qu'il fallait continuer à soutenir les pays en développement. Il s'est félicité des efforts consentis par les membres pour lutter contre la pêche illicite, non déclaré e et non réglementée (pêche INDNR) et il a souligné qu'il était important que l'Accord de 2009 relatif aux mesures du ressort de l’État du port visant à prévenir, contrecarrer et éliminer la pêche illicite, non déclarée et non réglementée entre en vigueur aussi tôt que possible. Le Comité a demandé à l'Organisation d'intensifier son action en faveur d'une application effective des Directives internationales sur la gestion des prises accessoires et la réduction des rejets en mer. Il a approuvé le s Directives volontaires relatives à la conduite de l'État du pavillon et il a réaffirmé être favorable à ce que le Fichier mondial des navires de pêche, des navires de transport frigorifique et des navires de ravitaillement (Fichier mondial) continue à être tenu à jour. Le Comité a approuvé les Directives d'application volontaire visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté (Directives sur la pêche artisanal e) et il est convenu de les dédier à Mme Chandrika Sharma, Secrétaire exécutive du Collectif international d’appui aux travailleurs de la pêche. Le Comité s'est félicité de la proposition de la FAO concernant un programme d'assistance mondial pour la mise en œuvre des Directives sur la pêche artisanale et il a recommandé que l'élaboration de ce programme soit poursuivie de façon participative. Il a salué l'Initiative de la FAO en faveur de la croissance bleue et suggéré qu'un groupe de travail s oit créé pour continuer à la développer. Il a reconnu l'importance de la pêche continentale et recommandé que les questions relatives à la pêche continentale soient mieux intégrées dans les instruments nationaux, sous-régionaux, régionaux et mondiaux qui traitent de l'utilisation de l'eau et de la sécurité alimentaire. Le Comité a demandé à la FAO de donner au plus tôt des orientations et de renforcer encore ses capacités dans les domaines de la collecte et de l'analyse des données, de la gestio n, de l'évaluation des stocks, du traitement après capture et de l'élaboration des politiques. Il a approuvé les rapports de la quatorzième session du Sous-Comité du commerce du poisson et de la septième session du Sous-Comité de l'aquaculture. Le Comité a accueilli favorablement les nouveaux objectifs stratégiques de la FAO, qui permettront d'orienter les activités de l'Organisation dans le domaine des pêches et de l'aquaculture. Il a approuvé le rapport intérimaire sur le Programme de travail pluriannuel 2012 2015 ainsi que le Programme de travail pluriannuel 2014 2017. Le Comité a adopté les propositions d'amendements à apporter à son Règlement intérieur.
  • Thumbnail Image
    Book (series)
    Rapport de la vingt-septième session du Comité des pêches. Rome, 5-9 mars 2007. 2007
    La vingt-septième session du Comité des pêches s’est tenue à Rome (Italie) du 5 au 9 mars 2007. Le Comité a examiné les questions de portée internationale et le programme de travail du Département des pêches et de l’aquaculture de la FAO concernant les pêches et l’aquaculture. Outre les activités supplémentaires visant à faciliter et à assurer l’application du Code de conduite pour une pêche responsable et de ses Plans d’action internationaux (capacité, pêche illicite, non déclarée et non réglementée, requins et oiseaux de mer), le Comité des pêches s’est félicité de la présentation prochaine d’un programme de travail général pluriannuel pour la gestion des ressources génétiques dans le domaine des pêches et de l’aquaculture. Le Comité s’est déclaré préoccupé par le niveau de la capacité de pêche, qui est supérieur aujourd’hui à celui d’avant le tsunami de 2004 dans certaines zones touchées et il a reconnu qu’il fallait faire face à ce problème, avec l’aide de la FAO, le cas échéant, en élaborant et appliquant des arrangements rationnels de gestion des pêches, y compris la diminution progressive de la surcapacité et la prise en compte de considérations liées au contrôle, à l’accès et aux moyens d’existence. Le Comité a également évoqué la question de la sécurité en mer liée à l’utilisation de navires non conformes aux normes. Il a reconnu l’importance de la traçabilité pour le commerce du poisson et il s’est félicité du protocole d’accord con clu par la FAO et la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Il a confirmé être convaincu que la FAO assumerait pleinement son rôle de coordination en vue de trouver des solutions aux problèmes auxquels est confrontée l’aquaculture mondiale et a souligné qu’il importait de s’occuper des impacts socioéconomiques de l’aquaculture et d’autres questions, notamment l’amélioration de la planification et l’élaboration des politiques aux échelles nationale et régionale. Le Comité est convenu d’accorder une plus grande place à la pêche artisanale et il s’est félicité de l’organisation d’une conférence internationale de grande envergure consacrée spécifiquement à la pêche artisanale. Il a encouragé les Membres à adhérer au Réseau international volontaire de suivi, contrôle et surveillance ou à coopérer avec lui et à élaborer un nouvel instrument juridiquement contraignant fondé sur le Plan type conc ernant les mesures du ressort de l’État du port pour la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée et sur le Plan d’action international pour la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée. Le Comité a identifié plusieurs domaines pour des activités supplémentaires concernant des questions liées à l’approche écosystémique des pêches. Le Comité a jugé que le budget octroyé au Département de l’aquaculture et des pêches était insuffisant, qu’il n ’était pas à la mesure de l’importance de ses travaux ni des attentes de la communauté internationale et il a demandé instamment que les organes directeurs de la FAO allouent davantage de ressources au Département.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.