Thumbnail Image

Indicateurs pour le développement durable des pêcheries marines











FAO, Division des ressources halieutiques. Indicateurs pour le développement durable des pêcheries marines. FAO Directives techniques pour une pêche responsable. No.8, Rome, FAO. 1999. ... p.



Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Book (series)
    La situation mondiale des pêches et de l’aquaculture 2020
    La durabilité an action
    2020
    L’édition 2020 de La situation mondiale des pêches et de l’aquaculture met tout particulièrement l’accent sur la durabilité en raison d’un certain nombre de considérations. Premièrement, l’année 2020 marque le vingt-cinquième anniversaire du Code de conduite pour une pêche responsable (le Code). Deuxièmement, plusieurs indicateurs relatifs aux objectifs de développement durable sont associés à des cibles qui arrivent à échéance en 2020. Troisièmement, la FAO a organisé un colloque international sur la gestion durable des pêches à la fin de l’année 2019 et, quatrièmement, 2020 marquera la mise au point définitive de directives de la FAO traitant spécifiquement de la croissance durable de l’aquaculture et de la durabilité sociale dans les chaînes de valeur. Si la première partie se présente sous la même forme que dans les éditions précédentes, la structure du reste du document a été modifiée. La deuxième partie s’ouvre sur une section spéciale consacrée au vingt-cinquième anniversaire du Code, puis aborde des questions qui occupent de plus en plus le devant de la scène, en particulier celles qui concernent l’objectif de développement durable 14 et les indicateurs y afférents dont la FAO est l’organisme garant. Elle s’intéresse également à différents aspects de la gestion durable de la pêche et de l’aquaculture. Les thèmes abordés sont très variés, allant des systèmes de données et d’information à la pollution des océans en passant par la légalité des produits, les droits des usagers et l’adaptation aux effets du changement climatique. La troisième partie, qui clôt désormais le rapport, présente les perspectives du secteur ainsi que des enjeux qui se font jour, comme les nouvelles technologies et la biosécurité de l’aquaculture, et se conclut par un aperçu des actions à entreprendre pour bâtir une nouvelle vision de la pêche de capture. La situation mondiale des pêches et de l’aquaculture a pour finalité de présenter des informations objectives, fiables et actualisées à un large éventail de lecteurs – décideurs, gestionnaires, scientifiques, parties prenantes et, plus généralement, toute personne s’intéressant au secteur de la pêche et de l’aquaculture.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Le chemin de la restauration: Guide pour le recensement des priorités et des indicateurs pour le suivi de la restauration des forêts et des paysages 2020
    Also available in:

    Ce guide accompagne les praticiens à travers sept questions pour les aider dans leur prise de décisions concernant le suivi de la restauration. D’abord, les praticiens sont invités à déterminer leurs objectifs de restauration, l'utilisation des terres et les obstacles à la durabilité. Ces choix sont filtrés par des contraintes et des priorités, établis par les praticiens afin d’élaborer les indicateurs utiles et nécessaires à la mise en place de leur cadre de suivi. Il fournit aussi un cadre pour le recensement des indicateurs. Les indicateurs sont des mesures de valeurs révélatrices de performances conçues pour suivre et calibrer les progrès. Les indicateurs environnementaux sont utilisés pour synthétiser les connaissances de l’environnement et pour rendre compte de l’amplitude des tendances environnementales. Ils aident aussi à réduire la complexité des problématiques, créent des liens importants entre les scientifiques et les politiques et aident les décideurs à définir les grandes lignes de la gouvernance environnementale. En outre, un cadre d'indicateurs peut être utilisé en tant qu’outil de gestion pour aider les pays à élaborer des stratégies de mise en œuvre et à proportionner leurs allocations de ressources afin d’atteindre leurs objectifs de restauration. Le suivi des progrès à l’aide d’indicateurs est aussi utile pour le rapportage des progrès effectués vis-à-vis des objectifs et peut ainsi aider à ce que toutes les parties prenantes prennent leur responsabilité. Le guide s’appuie sur des études de cas de pays pour exemplifier les possibilités qu’ont les parties prenantes pour aborder les problématiques.
  • Thumbnail Image
    Document
    FAO Commission générale des pêches pour la Méditerranée. Rapport de la trente-septième session. Split, Croatie, 13-17 mai 2013. 2014
    Also available in:

    Les représentants de vingt-et-une Parties contractantes, d’un État non membre de la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM) et onze observateurs ont assisté à la trenteseptième session de la CGPM, ainsi qu’à la quatrième session du Comité de l’administration et des finances (CAF) et à la septième session du Comité d’application. La Commission a passé en revue les activités intersessions du Comité scientifique consultatif (CSC) et du Comité de l’aquaculture (CAQ) ainsi que les résultats obtenus par le Groupe spécial mis en place pour la modernisation du cadre juridique et institutionnel de la CGPM. Les mesures adoptées par la Commission cette année comprennent notamment une recommandation sur un plan de gestion pluriannuel et sur des mesures de conservation transitoires pour les pêcheries de petits pélagiques en Méditerranée qui prévoit des actions visant à réduire la menace de surpêche et de déclin des stocks et à encourager l’exploitation durable de cette importante espèce cible tout en gardant des rendements stables. Pour ce qui est de la mer Noire, la Commission a adopté une recommandation relative à la définition d’un ensemble de normes minimales pour la pêche du turbot au filet maillant de fond et pour la conservation des cétacés, en vue de garantir la protection des jeunes turbots avant qu’ils n’atteignent la taille de maturité et de contribuer ainsi au renouvellement de cette population en mer Noire. Cette mesure prévoit également des normes pour les pêcheries de turbot visant à réduire les captures accidentelles de cétacés. Parallèlement à ces recommandations contraignantes, la Commission a approuvé deux résolutions visant à promouvoir la mise en place d’aires marines protégées (y compris les zones de pêche réglementée) et à faire adopter des directives sur la gestion de la capacité de pêche en fonction de la disponibilité des ressources, afin de renforcer le contrôle et le suivi de l’effort et de la capacité de pêche. Un autre résultat de la session a été l’adoption de lignes directrices sur des mesures de précaution en matière de conservation visant à minimiser les effets indésirables sur les stocks et à améliorer la rentabilité économique des pêches. Dans le domaine de l’aquaculture, étant donné le rôle clé de ce secteur dans l’optique de la sécurité alimentaire et de la croissance économique et compte tenu de la nécessité d’encourager son développement durable en Méditerranée et en mer Noire, la Commission a convenu de mettre en place la première plateforme aquacole multi-acteurs, qui prévoit la participation de toutes les parties prenantes du secteur. La Commission a adopté son budget autonome pour l’année 2013, s’élevant à 1 940 973 USD, ainsi que son programme d’activités pour la période intersessions, y compris au titre du premier programme-cadre 2013-2018. Il a été décidé de créer cinq nouveaux groupes de travail: trois groupes de travail sur les méthodologies aux fins de l’analyse socioéconomique, sur la pêche artisanale et sur la pêche de loisirs dans le cadre du Sous-comité des sciences économiques et sociales (SCSES), un groupe de travail transversal sur les aires marines protégées auquel participent tous les Sous-comités et un groupe de travail pour la révision de l’Accord portant création de la CGPM. La session de cette année a été marquée par des avancées substantielles à l’appui du processus de réforme, lancé en 2009, en vue de moderniser le cadre institutionnel et d’assurer un fonctionnement plus efficace de la CGPM. Le Groupe de travail pour la révision de l’Accord portant création de la CGPM sera appelé à jouer un rôle important dans ce processus de réforme, qui devrait se traduire par une coopération sous-régionale renforcée, par la mise en place de mécanismes efficaces pour assurer le respect des décisions contraignantes, par la création d’une feuille de route pour lutter contre la pêche illicite, illégale et non réglementée et assurer ainsi la durabilité à long terme des pêches et de l’aquaculture en Méditerranée et en mer Noire. Une session extraordinaire, qui se tiendra en 2014, examinera les résultats de ce processus de réforme.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.