Thumbnail Image

La production de semences maraîchères

Réseau Africain pour le Développement de l'Horticulture (RADHORT)









Also available in:
No results found.

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Document
    Utilisation des fumures organique et minerale sur cultures maraîchères en Cote d’IvoireUtilisation des fumures organique et minerale sur cultures maraîchères en Cote d’Ivoire
    Réseau Africain pour le Développement de l'Horticulture (RADHORT)
    2012
    Also available in:
    No results found.

    La mise à la disposition des maraîchers ivoiriens des techniques culturales adaptées aux conditions locales est l’un des objectifs de la filière de l’IDESSA chargée des cultures maraîchères. Afin de mieux apprécier les techniques actuelles de fertilisation de ces cultures, une enquête a été effectuée par cette filière, en mai 1993, dans le domaine maraîcher ivoirien. Il en ressort, que l’engrais NPK (10-18-18), le fumier (constitué de déchets d’animaux: volaille et bovin) et l’urée sont les prin cipales fumures utilisées dans la fertilisation des cultures maraîchères. Sur le plan national, on a noté que 67 % des paysans emploieraient l’engrais NPK, 69 % l’urée et 44 % le fumier. Par contre, 16 % resteraient en marge de l’utilisation de la fertilisation. Par rapport aux méthodes d’application des engrais, on a noté que 65 % des paysans du Nord préféreraient employer l’engrais NPK comme fumure de fond, le fumier après la levée et l’urée au stade de la floraison. On a aussi noté une utilis ation plus généralisée des fumures, par les paysans des zones de savanes que par ceux des zones de forêts. Les légumes recensés, au cours de l’enquête, ont été classés en deux catégories: les légumes locaux et les légumes de type européen. Selon ces catégories, les méthodes de fertilisation différaient d’une région à l’autre. De la zone côtière (Abidjan et sa région) à la zone de savane (Korhogo et Ferkessédougou), en passant par celle des forêts, les légumes locaux feraient de moins en moins l’ objet de fertilisation. Les fumures seraient alors prioritairement destinées aux légumes de type européen.
  • Thumbnail Image
    Document
    Resultats d’une multiplication de semences de pomme de terre dans le perimetre de Soumbalako - Préfecture de Mamou (République de Guinée) – Campagne 91/92
    Réseau Africain pour le Développement de l'Horticulture (RADHORT)
    2012
    Also available in:
    No results found.

    L’un des objectifs principaux du projet FAO GCP/GUI/007/BEL «Coopération régionale pour le développement des productions maraîchères en Afrique de l’Ouest (Composante nationale guinéenne)» est de fournir les maraîchers guinéens en semences de qualité et particulièrement en semences de pomme de terre, culture essentiellement pratiquée dans la région du Fouta Djallon (voir carte administrative de la Guinée). De par ses avantages climatiques dus principalement au fait que le Fouta est une zone d’al titude comprise entre 900 et 1300 m, deux cycles de production sont réalisés par les paysans locaux : l’un de décembre à mars (campagne de saison sèche) et l’autre de fin mai à septembre (campagne de saison des pluies). La demande en semences de pomme de terre pour ces deux campagnes et pour cette région climatique et géographique particulière est de l’ordre respectivement de 200 à 300 t et 100 à 150 t. Pour éviter des sorties importantes de devises du pays et afin de fournir les maraîchers aux périodes souhaitées en semences de pomme de terre de qualité, notre projet a initié la mise en place d’une filière locale de multiplication dès la campagne de saison sèche 91/92. Les résultats sont ceux obtenus sur un périmètre suivi et encadré par l’équipe du projet GCP/GUI/007/BEL durant cette campagne.
  • Thumbnail Image
    Document
    Les pepinieres maraicheres en afrique soudano-sahelienne
    Réseau Africain pour le Développement de l'Horticulture (RADHORT)
    1998
    Also available in:
    No results found.

    L’obtention de plants robustes et sains en pépinière maraîchère constitue un élément important de la réussite d’une culture. Malheureusement, on constate que cet aspect est souvent mal compris par les maraîchers des 10 pays (Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Guinée, Guinée-Bissau, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad) du Réseau Africain pour le Développement de l’Horticulture (RADHORT). En effet, les pépinières sont souvent négligées et cela conduit la plupart du temps à un gaspillage de semences et au repiquage de plants faibles et/ou malades. Le présent document présente une série de mesures à prendre pour obtenir des plants robustes et sains en pépinière. La production de plants de qualité est envisagée ici dans un cadre global de Production et Protection Intégrées (PPI).

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.