Thumbnail Image

Suivi des resultants en développement agricole et rural dans des conditions non idéales

Recueil d’indicateurs pour le suivi et l’évaluation










Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Book (series)
    Évaluation de l’avantage comparatif pour l’aquaculture: cadre d’évaluation et application à certaines espèces dans les pays en voie de développement. 2010
    Also available in:

    Le commerce international des produits de la pêche s’est développé, en même temps que l’importance absolue et relative de l’aquaculture comme source de production halieutique. La crevette et le saumon sont deux exemples d’espèces élevées dans des pays en voie de développement et commercialisées au niveau international. Le degré de compétitivité d’un pays vis-à-vis d’autres producteurs est fonction, en partie, des modes de transport et de l’offre de produits alimentaires, mais aussi des coûts de production. L’avantage comparatif est un moyen de comparer les coûts relatifs et de désigner les espèces et les marchés présentant les plus grandes chances de réussite. Il existe toutefois des problèmes pour estimer l’avantage comparatif: la méthode peut être statique plutôt que dynamique et peut ne pas être révélatrice d’opportunités à long terme. Cependant, elle représente un outil utile pour les planificateurs qui élaborent des stratégies aquacoles et pour les pisciculteurs individuels. Deux méthodes existent pour évaluer les avantages comparatifs – elles ont toutes les deux été appliquées à l’aquaculture. La méthode du coût de la ressource intérieure (CRI) s’appuie sur les données de coûts de production pour comparer l’efficacité. L’existence de distorsions peut exiger l’évaluation de prix de référence pour refléter de véritables coûts d’opportunité sociaux, mais, sous réserve d’un ajustement convenable des prix de référence, le pays qui a le plus bas CRI a un avantage comparatif . La méthode CRI est dynamique, et fournit des informations utiles aux décideurs; cependant, les données relatives aux coûts peuvent être difficiles à obtenir et la fixation des prix de référence est alors problématique. La deuxième méthode est l’avantage comparatif révélé (ACR), où l’avantage comparatif est déduit d’après une évaluation a posteriori du commerce réel et du niveau de spécialisation. D’après les statistiques commerciales on peut savoir si un pays exporte une espèce en direction d’ un pays particulier plus que vers le reste du monde; s’il en est ainsi, il est jugé avoir un avantage comparatif dans ce marché particulier. La méthode ACR est plus descriptive et possède un potentiel prédictif moins marqué que l’approche CRI, mais elle a l’avantage de la disponibilité des données.Le présent document illustre le concept d’avantage comparatif et certaines de ses implications en termes de politiques en proposant deux études de cas: la première se concentre sur les pays exportateur s de crevettes alors que la deuxième est axée sur la production aquacole en eau douce de carpe, silure et tilapia. La méthode CRI est utilisée dans les deux cas.
  • Thumbnail Image
    Project
    Rapport de la premiere Reunion du Groupe de Travail du DIPA sur Couts et Revenus en Peche Artisanale en Afrique de l'Ouest. 1995
    Also available in:

    Les gouvernements des pays de la région couverte par le Programme DIPA accordent de plus en plus la priorité au développement de la pêche artisanale en raison du rôle sans cesse croissant de ce sous-secteur dans l'apport en protéine on ne peut plus nécessaire à la population et dans la création d'emplois. Dans leurs diverses politiques de développement, ces gouvernements mettent un accent particulier sur l'amélioration des conditions socio-économiques des communautés de pêche. En général, la str atégie a consisté en de diverses actions portant sur l'amélioration des embarcations, engins de pêche, moteurs hors-bord et technologies de transformation qui ont déjà fait couler beaucoup d'encre dans ladite région.En dépit de l'important progrès réalisé aux divers niveaux de la production, les planificateurs du développement manquent toujours d'informations sur les coûts et revenus des pêcheurs artisans. Ceci a été un handicap pour une bonne évaluation des technologies à encourager et de celle s à décourager. Cette situation a été aggravée par les pêcheurs qui ne tiennent pas les comptes de coûts et revenus dans leurs opérations. Un élément essentiel pour l'évaluation des bénéfices privés et sociaux a donc été marginalisé dans la planification et le suivi du développement, la formulation de la politique de gestion, les études pertinentes portant sur le secteur et dans l'évaluation des projets. Par conséquent, il est nécessaire de recueillir des données sur les méthodes utili sées dans le sous-secteur pour calculer et apprécier les coûts, revenus et rentabilités des unités de pêche. En vue d'améliorer les études brèves et sporadiques menées dans la région, le programme DIPA a sollicité la collaboration des administrations nationales des pêches et des institutions de recherche afin d'effectuer l'évaluation de la structure des coûts, le système de partage et la rentabilité des opérations de pêches artisanales pour une durée d'un an et dans dix des vingt pays qui lu i sont associés. Les résultats de cette étude seront compilés sous forme d'un document de travail d'informations comparatives et utilisés à un atelier qui se tiendra en novembre 1996.Les institutions invitées ont désigné des économistes ou des technologistes possédant une grande expérience dans le domaine pour servir en qualité de "Coordonnateurs d'Etude" dans leurs pays respectifs. Afin de faciliter les échanges d'informations et d'expériences, lesdits spécialistes constituent maintenant un G roupe de travail sur les Coûts et Revenus des Pêches artisanales en Aftique de l'Ouest. La réunion de lancement de ce Groupe s'est tenue à Dakar les 12 et 13 juin 1995.Réunion.Cette première réunion a enregistré la présence de tous les participants invités (voir liste en annexe) des dix pays choisis, à savoir: Mauritanie, Sénégal, Gambie, Cap Vert, Guinée, Côte d'Ivoire, Bénin, Nigéria, Cameroun, Sao Tomé et Principe. Elle a été ouverte par le Directeur Sénégalais des Pêches, Dr. Ndiag a Gueye. Après avoir souhaité la bienvenue aux participants, il a donné les grandes lignes des politiques de son gouvernement en matière de développement des pêches artisanales. Il a utilisé ces politiques comme termes de référence pour l'étude et mis un accent particulier sur le rôle vital et par conséquent, la raison d'être du DIPA et des études de coûts et revenus que ce dernier a initiées au Sénégal et dans la région. Dans sa conclusion, il a, au nom de son Ministre, garanti aux pa rticipants le plein soutien de son gouvernement au réseau d'étude sur les coûts et revenus. La réunion a été présidée par le Sénégal.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Mesurer les droits des individus à la terre: une approche intégrée de la collecte de données pour les indicateurs 1.4.2 et 5.a.1 des ODD 2020
    La terre est une ressource économique clé inextricablement liée à l’accès, à l’utilisation et au contrôle d’autres ressources économiques et productives. La reconnaissance de cette réalité, ainsi que de la pression croissante exercée sur les terres par la population mondiale grandissante et le changement climatique, ont entraîné la demande de renforcement de la sécurité du régime foncier pour tous. Cela a créé le besoin d’un ensemble d’indicateurs fonciersde base ayant une application nationale et une comparabilité mondiale, aboutissant à l’inclusion des indicateurs 1.4.2 et 5.a.1 dans l’agenda des objectifs de développement durable (ODD). Disposer d’indicateurs sur la propriété foncière et les droits fonciers dans le cadre des ODD est une opportunité de générer régulièrement des données comparables, ventilées par sexe, afin de soutenir une prise de décision fondée sur des preuves en matière de gestion responsable des terres pour le développement durable. Les dépositaires des indicateurs 1.4.2 (ONU-Habitat et la Banque mondiale) et 5.a.1 (FAO) des ODD se sont associés pour élaborer un instrument d’enquête normalisé et succinct, conçu pour collecter les données essentielles permettant de calculer simultanément les deux indicateurs. Étant donné que les exigences en matière de collecte de données pour chaque indicateur se chevauchent en grande partie, il est possible d’améliorer considérablement l’efficacité en mettant en place un module commun dans les questionnaires d’enquête existants. Le présent document vise à faciliter la collecte de données réussie, efficace et comparable entre pays pour le calcul des indicateurs 1.4.2 et 5.a.1 des ODD, conformément aux méthodologies approuvées par les objectifs de développement durable de l’IAEG (Association internationale de géologie de l’ingénierie et de l’environnement). L’enquête dont il est question dans ce document a été conçue dans l’intérêt d’intégrer les questions essentielles des deux indicateurs dans les enquêtes existantes, avec la possibilité d’une mise en oeuvre autonome. L’utilisation du module proposé encourage la normalisation des définitions d’indicateurs et la comparabilité des données entre pays et au fil du temps.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.