Thumbnail Image

Séchage des fruits et légumes en Afrique tropicale: le développement des sechoirs mixtes, solaires et a gaz

Réseau Africain pour le Développement de l'Horticulture (RADHORT)









Also available in:
No results found.

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Document
    Séchage de fruits tropicaux pour l’exportation: l’experience au Burkina Faso de la mangue séchée
    Réseau Africain pour le Développement de l'Horticulture (RADHORT)
    2012
    Also available in:
    No results found.

    Pays d’Afrique de l’Ouest anciennement appelé ‘Haute-Volta’, le Burkina Faso, ‘pays des hommes intègres’, connaît, malgré son enclavement régional, un fort développement agro-économique depuis plus d’une décennie. Encore aujourd’hui et sous un climat soudano-sahélien toujours aussi rude, 85 % de la population vit de l’agriculture et produit une grande variété de fruits (mangues, bananes, papayes...) et de légumes (aubergines, tomates, haricots...). Ainsi, le Burkina Faso est devenu le plus gros producteur ouest-africain de mangues (160.000 tonnes pour l’année 1994-1995) avec son voisin, la Côte d’Ivoire. Cette situation ne va pas sans poser quelques problèmes lorsqu’il s’agit d’écouler la production. La saturation des marchés est devenue préoccupante au moment de la récolte1. Jusqu’en 1992, les moyens de conservation étaient limités au séchage traditionnel et les autres procédés de transformation étaient inaccessibles pour le producteur.
  • Thumbnail Image
    Project
    Amélioration de la productivité, de la compétitivité et développement d'une indication géographique de l’ananas pain de sucre du Bénin - TCP/BEN/3602 2021
    Also available in:
    No results found.

    L’ananas béninois est très apprécié sur les marchés internationaux et figure depuis quelques années parmi les principaux produits d’exportation du pays Les deux principales variétés produites sont la «Cayenne lisse» (surtout pour l’export) et le «pain de sucre» 75 pour cent de la production nationale, vendu principalement sur le marché local) La variété «pain de sucre» est plus petite et très sucrée Malgré des atouts certains, le développement des chaînes de valeurs de la filière est ralenti par l’hétérogénéité des calibres des fruits dans les parcelles de production, la difficulté d’accès à un matériel végétal de qualité, l’insuffisance de main d’oeuvre qualifiée et une faible maîtrise des bonnes pratiques agricoles, sanitaires et phytosanitaires due au manque d’appuis techniques spécialisés dédiés au maillon production Le projet visait à rendre l’ananas pain de sucre plus compétitif sur le marché régional et international à travers la production et la fourniture de rejets de bonne qualité, le renforcement des capacités des acteurs et le développement d’une indication géographique.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Systemes de production mixtes agriculture pluviale et élevage en zones humide et sub-humide d'Afrique 1995
    Also available in:
    No results found.

    Le problème de compatibilité entre une activité agricole (productions animales et végétales) de plus en plus productive pour faire face au défi alimentaire et le maintien d'un environnement favorable se pose avec une acuité accrue. L'élevage en particulier est fréquemment la cible d'attaques à caractère parfois plus idéologique ou médiatique que scientifique. Il est donc important de tenter de répondre objectivement à un certain nombre de questions telles que : q Quels sont les phéno mènes biologiques en jeu dans ces interactions entre l'élevage et l'environnement ? q Sait-on les expliquer, les modéliser ? q Quels sont les indicateurs pertinents et sait-on les mesurer pour quantifier les phénomènes décrits ? q Enfin, comment peut-on intervenir pour améliorer les interactions entre l'élevage, l'agriculture et l'environnement ? Peut-on proposer des mesures pour améliorer la situation ? Cette série de questions fait notamment l'objet de l'étude par domaine d'imp act consacrée aux interactions entre l'agriculture et l'élevage, traitée par le NRI. Divers bailleurs de fonds, dont le Ministère français de la Coopération qui finance ce volet de l'étude, se sont donc entendus pour organiser une étude générale sur les interactions entre l'élevage et l'environnement, dans l'optique de faire un bilan assez large des acquis et surtout de dégager des stratégies de développement, des priorités de recherche,... Cette contribution concerne les systèmes mi xtes de production associant agriculture et élevage dans la zone humide et sub-humide d'Afrique tropicale. L'étude s'intéresse donc à une zone dans laquelle la présence de l'élevage est très variable : presque nulle en forêt, la charge d'animaux domestiques peut devenir élevée dans certaines régions de savane. Cette zone agro-écologique est également celle qui présente les potentialités agricoles les plus élevées. Pour cette raison qui s'ajoute souvent à des facteurs historiques et san itaires, les productions animales sont souvent moins importantes que les productions végétales. Dans les systèmes mixtes agriculture-élevage, plus importants en zone de savane, les interactions entre les animaux et les systèmes de culture, à l'intérieur du système de production peuvent cependant être importantes et centrales pour l'équilibre et la durabilité du système. L'impact de l'élevage sur l'environnement devra souvent être apprécié dans le cadre de ces systèmes complexes et il ne sera pas toujours aisé de mettre en évidence des indicateurs simples. L'analyse est présentée en quatre parties principales : 4 q Dans la première partie, nous introduisons la diversité agro-écologique de la zone d'étude, avec ses principales caractéristiques productives, la diversité des systèmes d'élevage et les tendances évolutives. q Nous abordons dans la deuxième partie la lecture des indicateurs-clés des relations élevage-environnement dans notre zone et les principales p roblématiques d'impact de l'élevage sur l'environnement. q Des études de cas représentatives de ces problématiques sont ensuite proposées en troisième partie. q Enfin, quelques propositions en termes de perspectives sont présentées en quatrième partie, centrées plus particulièrement sur la mise au point de méthodes plus efficaces d'analyse et d'évaluation des interactions élevage-environnement, et sur l'identification d'actions à mener afin de minimiser les potentialités négatives de l'élevage sur l'environnement et d'améliorer les interactions positives.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.