Thumbnail Image

Plan Stratégique de Développement des Villes Vertes en Afrique Centrale











Also available in:
No results found.

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Booklet
    Le Développement de l'Horticulture Urbaine et Péri-urbaine en Afrique Centrale 2018
    Also available in:
    No results found.

    En 2014, la FAO a mis en place le projet GCP/SFC/001/MUL ‘La sécurité alimentaire renforcée en milieu urbain en Afrique Centrale grâce à une meilleure disponibilité de la nourriture produite localement’’’. Pendant 3 ans, le projet a apporté un soutien matériel et des formations à plus de 3 500 bénéficiaires situés au Gabon, Cameroun, Tchad, Guinée Equatoriale, Sao Tomé & Principe, et République du Congo. L'objectif du projet a été de favoriser le développement de l'horticulture urbaine et péri-urbaine comme un moyen d'alléger les pressions économiques et sociales dûes au ralentissement de la croissance et à l'exode rural. Le projet a eu des effets positifs importants. Il a permis de relever le niveau de productivité des exploitations horticoles sélectionnées. Les profits des bénéficiaires se sont accrus, et la qualité de leur vie s'est améliorée. Le projet a aussi permis de créer des emplois en zone urbaine et péri-urbaine, et ce, tout le long de la chaine de valeur. Enfin, l'offre en fruits et légumes de qualité s'est accrue sur les marchés citadins où elle faisait défaut. Le projet a bénéficié dès le départ de la collaboration des municipalités: c'est grâce à leur soutien que l'accès aux terres des horticulteurs a été sécurisé et leurs droits fonciers juridiquement reconnus. Les mairies ont aussi aidé les bénéficiaires à s'organiser en coopératives. Depuis le début du projet, la FAO a apporté un soutien matériel important: plus de 26 000 pièces d'équipement, et de 700 kg de semences d'environ 30 variétés différentes. La gestion stratégique de l'eau et la mise en place de systèmes d'irrigation a réduit les menaces de sécheresse et permis d'augmenter la productivité des sites. A travers ce projet les bénéficiaires ont également reçu de nombreuses formations. Avec les Champs Ecoles Paysans - ou CEP - les horticulteurs ont analysé de nombreuses problématiques agricoles à la fois de façon théorique et de façon pratique sur le terrain. D'autres ateliers animés par des experts ont été organisés sur des Bonnes Pratiques permettant de produire plus avec moins. Afin de limiter les pertes après récoltes, le projet a aussi intégré des formations sur la conservation et la transformation plus ou moins sophistiquée des produits horticoles. Des agro-entrepreneurs se sont lancés dans la transformation des produits horticoles à forte valeur ajoutée et continuent de développer leur offre dans les différents pays. L'ambition du projet est de créer une dynamique profonde et durable dans la société. Des jardins scolaires ont été aménagés dans des écoles, dans le but de sensibiliser les nouvelles générations à l'horticulture et à la consommation de fruits et légumes locaux. Des plans d'aménagement intégrant des espaces agricoles ont été aussi élaborés au niveau national avec le support de la FAO.
  • Thumbnail Image
    Brochure, flyer, fact-sheet
    Le Développement de l'Horticulture Urbaine et Péri-urbaine en Afrique Centrale 2018
    Also available in:
    No results found.

    En 2014, la FAO a mis en place le projet GCP/SFC/001/MUL ‘La sécurité alimentaire renforcée en milieu urbain en Afrique Centrale grâce à une meilleure disponibilité de la nourriture produite localement’’’. Pendant 3 ans, le projet a apporté un soutien matériel et des formations à plus de 3 500 bénéficiaires situés au Gabon, Cameroun, Tchad, Guinée Equatoriale, Sao Tomé & Principe, et République du Congo. L'objectif du projet a été de favoriser le développement de l'horticulture urbaine et péri-urbaine comme un moyen d'alléger les pressions économiques et sociales dûes au ralentissement de la croissance et à l'exode rural. Le projet a eu des effets positifs importants. Il a permis de relever le niveau de productivité des exploitations horticoles sélectionnées. Les profits des bénéficiaires se sont accrus, et la qualité de leur vie s'est améliorée. Le projet a aussi permis de créer des emplois en zone urbaine et péri-urbaine, et ce, tout le long de la chaine de valeur. Enfin, l'offre en fruits et légumes de qualité s'est accrue sur les marchés citadins où elle faisait défaut. Le projet a bénéficié dès le départ de la collaboration des municipalités: c'est grâce à leur soutien que l'accès aux terres des horticulteurs a été sécurisé et leurs droits fonciers juridiquement reconnus. Les mairies ont aussi aidé les bénéficiaires à s'organiser en coopératives. Depuis le début du projet, la FAO a apporté un soutien matériel important: plus de 26 000 pièces d'équipement, et de 700 kg de semences d'environ 30 variétés différentes. La gestion stratégique de l'eau et la mise en place de systèmes d'irrigation a réduit les menaces de sécheresse et permis d'augmenter la productivité des sites. A travers ce projet les bénéficiaires ont également reçu de nombreuses formations. Avec les Champs Ecoles Paysans - ou CEP - les horticulteurs ont analysé de nombreuses problématiques agricoles à la fois de façon théorique et de façon pratique sur le terrain. D'autres ateliers animés par des experts ont été organisés sur des Bonnes Pratiques permettant de produire plus avec moins. Afin de limiter les pertes après récoltes, le projet a aussi intégré des formations sur la conservation et la transformation plus ou moins sophistiquée des produits horticoles. Des agro-entrepreneurs se sont lancés dans la transformation des produits horticoles à forte valeur ajoutée et continuent de développer leur offre dans les différents pays. L'ambition du projet est de créer une dynamique profonde et durable dans la société. Des jardins scolaires ont été aménagés dans des écoles, dans le but de sensibiliser les nouvelles générations à l'horticulture et à la consommation de fruits et légumes locaux. Des plans d'aménagement intégrant des espaces agricoles ont été aussi élaborés au niveau national avec le support de la FAO.
  • Thumbnail Image
    Book (series)
    Nature & Faune, 28(2)
    Gestion durable des ressources naturelle dans l'équation de l'alimentation et de la nutrition dans les zones urbaines en Afriques
    2014
    Also available in:

    Fidèle à sa tradition d‟exploration des principales questions émergentes, Nature & Faune a choisi de consacrer cette édition à l‟examen de cette urbanisation rapide et de ses conséquences pour les denrées urbaines et la sécurité alimentaire, mettant en exergue les rôles spécifiques de la gestion et de l‟utilisation durables des ressources naturelles dans l‟évolution rapide de l‟alimentation urbaine et de l‟équation nutritionnelle en Afrique. Dix-huit articles examinent et débattent des défis qu‟ une urbanisation continue présente pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les centres urbains de l‟Afrique dans le contexte de la gestion et de l‟utilisation durables des ressources naturelles. Les articles soulignent le rôle complémentaire des ressources naturelles dans l‟alimentation urbaine et la sécurité nutritionnelle avec comme élément central la production agricole. L‟éditorial attire l‟attention sur les options de structuration des systèmes de production agricole et de promo tion des entreprises agricoles comme étant des mesures pertinentes pour anticiper les problèmes changeants de la sécurité alimentaire en milieu urbain. Son auteur soutient qu‟il est difficile de réaliser la sécurité alimentaire en milieu urbain au niveau de chaque pays, et approuve ainsi l‟idée selon laquelle la sécurité alimentaire en milieu urbain est probablement plus réalisable lorsque les approches régionales sont renforcées. Comme perspectives futures, il suggère l‟adoption de politiques c ommunes pour l‟agriculture et la gestion des ressources naturelles dans la région Afrique. L‟article spécial de cette édition souligne la contribution des arbres, arbustes et autres plantes ligneuses à l‟alimentation et à la nutrition comme reconnu dans le tout premier rapport de l‟État des ressources génétiques forestières‟ publié par la FAO en juin 2014. Toujours dans l‟article spécial, Martin Nganje souligne le fait que les forêts contribuent directement à la sécurité alimentaire et à une mei lleure nutrition sur le continent africain à travers leurs produits forestiers non ligneux. Il examine aussi comment les forêts contribuent à l‟autosuffisance alimentaire autrement qu‟à travers leurs parties comestibles. Michela Conigliaro, Simone Borelli et Fabio Salbitano fournissent quelques exemples de la contribution substantielle des initiatives de protection et de restauration des forêts et du couvert arboré au sein et autour des villes africaines à la réduction de la pauvreté et de la ma lnutrition et à la garantie d‟un développement urbain plus durable des points de vue environnemental et socioéconomique. Enfin, ce numéro met la République démocratique du Congo (RDC) sous les feux de la rampe dans sa rubrique Pays à la Une dans laquelle Ruhiza Boroto donne ses impressions de la gestion des ressources en eau dans le cadre de l‟horticulture urbaine et périurbaine en RDC. Je vous invite à visiter la page des liens et à consulter attentivement les ressources sur lesquelles sont bas és les articles au menu. Bonne lecture à tous et à toutes.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.