Thumbnail Image

Bulletin d'information du bureau sous-régional de la FAO pour l'Afrique centrale N° 1, Janvier - Juin 2018











Also available in:
No results found.

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Document
    Rapport de l’atelier régional sur l’utilisation de la chaîne du froid dans le développement de l’agriculture et de l’agro-industrie en Afrique subsaharienne
    4-6 juin 2012, Yaoundé (Cameroun)
    2014
    Also available in:
    No results found.

    Du 4 au 6 juin 2012, s’est tenu à l’hôtel Mont-Fébé de Yaoundé (Cameroun), l’Atelier régional sur l’utilisation de la chaîne du froid dans le développement de l’agriculture et de l’agro-industrie en Afrique subsaharienne, organisé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Institut international du froid (IIF). L’atelier a regroupé 33 participants (professionnels des secteurs public et privé et membres d’organisations internationales) venant des pays afr icains suivants: le Burkina Faso, le Cameroun, l’Éthiopie, le Gabon, le Kenya, l’Ouganda, le Tchad, le Togo, la Tunisie, la République Démocratique du Congo, le Rwanda, la Zambie et Madagascar. Étaient également invités des experts de la chaîne du froid, sous l’égide de l’IIF. L’atelier a été ouvert par le Ministre de l’agriculture et du développement rural (MINADER) du Cameroun et avait pour objectifs: i) d’évaluer la situation de l’utilisation du froid dans le secteur agroalimentaire en Afriqu e subsaharienne; ii) d’identifier les enjeux et défis pour le développement de la chaîne du froid dans cette région; iii) de définir les principaux axes d’un cadre stratégique d’intervention pour le développement de la chaîne du froid dans le secteur agroalimentaire en Afrique subsaharienne. L’état des lieux de la chaîne du froid en Afrique subsaharienne a permis de relever quelques cas de réussite, à l’instar de la Tunisie et de Madagascar, mais également de relever divers contraintes et handic aps de ce secteur d’activités: une capacité d’entreposage frigorifique relativement faible, des difficultés d’accès à l’énergie électrique, un niveau relativement faible de compétences techniques, un faible niveau de transfert de technologie, un marché solvable perçu comme insuffisant pour les équipementiers, une absence de politique et de stratégie nationales clairement affichées de développement de la chaîne du froid, un manque de cadre juridique et un faible niveau d’organisation et de mise e n œuvre des contrôles de conformité aux normes. Les discussions des participants, alimentées d’une part par des contributions d’experts et d’autre part, par des travaux en groupes sur les principales filières agroalimentaires (fruits et légumes, lait, viande, poisson) ont conduit à la proposition d’axes stratégiques prioritaires pour le développement de la chaîne du froid: i) la gouvernance, dont la finalité est de définir et de faire appliquer un cadre réglementaire et normatif opérationnel, en relation avec la qualité sanitaire des aliments et l’accompagnement des acteurs; ii) le renforcement des capacités humaines et techniques; iii) la professionnalisation du secteur à travers l’appui à la création et/ou au développement des organisations et associations professionnelles; iv) le développement de partenariats public-privé et privé-privé pour le développement des investissements et des compétences dans les secteurs concernés; v) une vision régionale ou sous régionale du développement de la chaîne du froid, dans une logique d’intégration des marchés; vi) la recherche développement et plus généralement l’innovation dans le secteur du froid, en relation avec la sécurité alimentaire quantitative et qualitative, répondant aux besoins de l’Afrique subsaharienne.
  • Thumbnail Image
    Brochure, flyer, fact-sheet
    Solutions alternatives au fenthion pour le contrôle des oiseaux de quelea - Webinaire: note conceptuelle et ordre du jour
    23 Juin 2021 | 14:30-16:30 HAEC
    2021
    Also available in:

    La quelea à bec rouge (Quelea quelea Linnaeus) est le plus important ravageur aviaire des petites cultures céréalières dans les zones semi-arides d’Afrique. Il se nourrit principale­ment de graminées indigènes, mais lorsque celles-ci sont rares, les oiseaux s’attaquent aux épis de cultures comme le millet, le sorgho, le blé et le riz. Une quelea mange en moyenne 10 grammes de céréales par jour, si bien qu’une bande de deux millions d’oiseaux peut dé­vorer jusqu’à 20 tonnes de céréales en une seule journée. Avec une population adulte re­productrice estimée à au moins 1,5 milliard d’individus, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime les pertes agricoles imputables au quelea à plus de 50 millions de dollars des États-Unis par an. À l’heure actuelle, la lutte se fait principalement par pulvérisation aérienne et/ou terrestre d’avicides organophosphorés, le fenthion étant le pesticide de choix. Le Comité d’examen des produits chimiques (CRC) a recommandé l’inscription du fen­thion à l’annexe III de la Convention de Rotterdam en tant que préparation pesticide ex­trêmement dangereuse (PPED) sous la forme d’un produit à très faible volume (TFV) d’une teneur égale ou supérieure à 640 g d’ingrédient actif/litres), comme proposé par le Tchad sur la base des incidents et des problèmes de santé humaine causés par ces formulations pesticides aux applicateurs dans les conditions d’utilisation de la Partie proposante. Le Secrétariat de la Convention de Rotterdam a mis en oeuvre plusieurs activités visant à sensibiliser la population aux dangers du fenthion pour la santé et l’environnement et à encourager la recherche et l’identification de solutions alternatives à cet avicide pour la lutte contre le quelea aviaire. Conjointement avec le Bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique australe, et l’équipe de la FAO chargée de la lutte contre les ravageurs et les pesticides, le Secrétariat a con­tribué à la mise en oeuvre du projet intitulé «Promouvoir une gestion rationnelle des rav­ageurs et des pesticides.
  • Thumbnail Image
    Brochure, flyer, fact-sheet
    FAO-INFO. Bimestriel de la Répresentation de la FAO au Cameroun. No. 08 Mars - Juin 2014 2014
    Also available in:
    No results found.

    Cette édition, a l’instar des précédentes vous fera découvrir les activités mises en oeuvre par la Représentation durant la période sous revue. Entre autres événements majeurs, il y a lieu de souligner la visite effectuée au Cameroun par le Sous-directeur General et Représentant régional pour l’Afrique, Monsieur Bukar Tijani depuis sa prise de fonction en fin 2013 aux fins de participer a la réunion du TICAD V ayant regroupé les Ministres africains des Affaires Etrangères et celui du Japon pour apprécier le niveau de mise en oeuvre des résolutions prises a Tokyo l’année dernière. Le Représentant régional a mis a profit sa présence a Yaoundé pour rencontrer les Ministres en charge de l’Agriculture et de l’Elevage du Cameroun pour passer en revue l’état de coopération entre la FAO et le Gouvernement du Cameroun tel que consacré par le Cadre de Programmation Pays signé entre les deux parties en Juillet 2013.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.