Thumbnail Image

Alerte Spéciale No. 332- IRAQ, 25 Juin 2014







Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Rapport spécial Erythrée - Novembre 2003 2003
    Also available in:
    No results found.

    En raison de la sécheresse prolongée de 2002, on n’a pratiquement rien récolté en Érythrée. Le secteur de l’élevage a aussi été très touché. En 2003, la production végétale a été gravement compromise par l’irrégularité des précipitations qui ont commencé tard et se sont terminées tôt. Bien que les quantités de pluies kremti (juin-septembre 2003) aient été à peu près moyennes dans la plupart des régions du pays, il y a eu une alternance de longues vagues de sécheresse et d’averses torrentielles. La production céréalière de 2003 est, d’après les estimations, de l’ordre de 106 000 tonnes, soit près du double de la production extrêmement faible de l’an dernier (54 530 tonnes). Elle ne représente cependant que 57 pour cent de la moyenne des 11 dernières années et 51 pour cent des prévisions faites en août 2003 (207 000 tonnes). La mission a noté que les précipitations kremti ont été suffisantes pour constituer de bonnes réserves de fourrage et d’eau pour le bétail dans la plupart de s régions, mais que ces réserves seront épuisées dans trois ou quatre mois, en moyenne, dans de nombreuses régions. L’aide au secteur de l’élevage, principal soutien de l’économie rurale et des revenus des ménages, doit être prioritaire. Elle comprend la lutte contre les maladies du bétail, en particulier la péripneumonie contagieuse bovine qui s’est déclarée en 2002 et qui pourrait décimer le cheptel du pays. Les besoins estimatifs d’importations céréalières pour 2004 s’établissent à 47 8 000 tonnes, dont 30 000 tonnes pourraient faire l’objet d’importations commerciales. Avec 31 000 tonnes d’aide alimentaire céréalière dans le pays ou dans la filière en vue de leur distribution en 2004, le déficit à combler – pour lequel une aide internationale sera nécessaire – est estimé à 417 000 tonnes. Dans l’immédiat, il importe de porter secours à quelque 1,4 million de personnes parmi les plus vulnérables qui auront besoin de 219 651 tonnes d’aide alimentaire (céréales, légumin euses et huile) en 2004. Jusqu’à présent, les projets d’aide prévus par le PAM pour 2004 ne représentent qu’un peu moins de 200 000 tonnes. Une aide en semences à apporter en temps voulu sera aussi nécessaire en 2004 pour permettre le maximum de semis de cultures différentes. Pour accroître sensiblement la production à moyen et à long termes, il faut améliorer les pratiques culturales et l’accès à des semences de bonne qualité ainsi qu’aux autres intrants. Les perspectives de l’élevage d épendront d’un meilleur accès au fourrage, aux services vétérinaires et aux marchés d’exportation.
  • Thumbnail Image
    Document
    SMIAR Alerte Spéciale No. 335 - Yémen
    L’urgence humanitaire s’aggrave à mesure que le conflit s’intensifie La campagne agricole de 2015 menacée
    2015
    Also available in:

    L’escalade du conflit et les déplacements qui en résultent, ont provoqué de graves perturbations des marchés, des échanges et des moyens de subsistance, aggravant la situation de la sécurité alimentaire, déjà précaire dans le pays. L’aggravation du conflit a entravé la campagne agricole de 2015, compromettant ainsi ses résultats. On estime que plus de la moitié de la population du Yémen (61 pour cent des 25,9 millions habitants que compte le pays) ont besoin d’une aide humanitaire.
  • Thumbnail Image
    Newsletter
    Bulletin d’information FAO Burkina Faso, 1er trimestre 2022 - no. 2
    Sécurité alimentaire et analyse des risques dans le Centre-Nord, Est, Nord et Sahel
    2022
    Also available in:
    No results found.

    Entre janvier et mars 2022, la situation humanitaire au Burkina Faso s’est fortement dégradée comparé au trimestre précédent et à la même période l’année dernière. Les régions du Centre-Nord, de l’Est, du Nord et du Sahel, déjà caractérisées par d’importants enjeux sécuritaires, sont particulièrement touchées par l’aggravation de la situation. En effet, ces quatre régions concentrent plus de 88 pour cent des personnes déplacées internes de l’ensemble du pays (Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation, 28 février 2022). Depuis le début de l’année, de nombreux incidents sécuritaires ont été enregistrés, avec notamment un blocus imposé par les groupes armés non étatiques sur certaines villes, limitant ainsi les interventions humanitaires et paralysant l’économie locale. En outre, les résultats de la campagne agropastorale 2021/22 indiquent un taux de couverture des besoins céréaliers déficitaire dans les régions du Centre-Nord, du Nord et du Sahel, avec environ 75 pour cent des ménages qui ne pourront pas couvrir leurs besoins alimentaires grâce à leur propre production, contre 52 pour cent au niveau national (Coordination des politiques sectorielles agricoles, mars 2022). De plus, l’analyse du Cadre Harmonisé (mars 2022) indique que 70 pour cent des 2,36 millions de personnes actuellement en insécurité alimentaire aiguë sont localisées dans ces quatre régions. La plupart des ménages ruraux de ces quatre régions ont déjà épuisé leurs stocks et s’appuient sur les marchés pour s’alimenter. Cependant, en raison de l’insécurité accrue et des perturbations du fonctionnement des marchés, une flambée des prix des denrées de base a été enregistrée, avec des taux les plus élevés depuis ces dix dernières années (Société nationale de gestion des stocks de sécurité alimentaire, février 2022). Avec les difficultés d’acheminement de l’assistance humanitaire dans certaines localités de ces régions, les ménages adopteraient des stratégies d’adaptation négatives sévères. Bien que les régions soient caractérisées par leur vocation pastorale, les conditions environnementales pour le cheptel des populations sont exacerbées. Selon le bilan fourrager de la campagne agropastorale 2021/22, la région du Sahel est déficitaire, l’Est en équilibre et le Centre-Nord et le Nord sont excédentaires. Ces quatre régions, qui concentrent une grande proportion du cheptel national, sont confrontées à une soudure pastorale très précoce et complexe. Cette situation est exacerbée par la réduction croissante des espaces pastoraux en raison principalement de l’insécurité, mais également de l’irrégularité des pluies.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.