Thumbnail Image

Nouveau regard sur le financement agricole: pourquoi?







Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Croissance agricole en Afrique de l'Ouest: Facteurs déterminants de marché et de politique 2015
    Also available in:

    cliquez qui pour accéder le livre par chapitre
    L’Agriculture ouest-africaine est à un tournant décisif. Les effets conjugués d’une forte hausse de la demande, d’une croissance économique soutenue, des prix agricoles mondiaux plus élevés et d’un environnement politique amélioré ont engendré des conditions les plus propices pour la croissance agricole depuis une trentaine d’années. Les pays d’Afrique de l’Ouest et leurs partenaires de dév eloppement reconnaissent désormais l’importance décisive du secteur pour une croissance diversifiée, la sécurité alimentaire, une nutrition améliorée et la réduction de la pauvreté. Cependant, une combinaison de défis anciens et émergents, allant du changement climatique à la volatilité accrue des prix, menace la capacité de l’Afrique de l’Ouest à saisir ces opportunités. Face aux enjeux et potentialités de l’agriculture ouest-africaine, la Banque africaine de développement (BAD), avec l’appui d u Gouvernement français, s’est associée avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour mener une étude analytique conjointe, intitulée « Croissance agricole en Afrique de l’Ouest (AGWA) : facteurs déterminants de marché et de politique ». Cette étude contribue à une meilleure compréhension de l’évolution du contexte pour la croissance du secteur agricole et agroalimentaire en Afrique de l’Ouest en : (1) examinant de plus près les facteurs déterminants et les tendances qui affectent la demande et l’offre de produits agroalimentaires ; (2) analysant la performance du secteur agricole et les politiques y afférentes au regard de ces tendances; et (3) tirant les principales implications pour l’orientation de futures politiques.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Rapport spécial - RPD de Corée - Octobre 2003 2003
    Also available in:
    No results found.

    La reprise de la production agricole engagée en 2001 en RDP de Corée s’est poursuivie. La production vivrière a connu cette année une légère amélioration par rapport aux trois années précédentes. Cette reprise s’appuie sur divers facteurs: des conditions météorologiques favorables en particulier au début de la campagne, une incidence relativement faible des ravageurs et des maladies des cultures, l’épandage accru d’engrais fournis au titre de l’aide internationale, l’amélioration des systèmes d’irrigation dans la principale région céréalière ("grenier à céréales") grâce à l’achèvement des travaux de construction du canal du lac Kechan-Taesong, financés par l’OPEC, l’amélioration de la fourniture d’électricité dans les stations de pompage pour l’irrigation et le développement de la mécanisation grâce aux disponibilités accrues de carburant et de pièces de rechange. La production céréalière en 2003/04 (y compris les pommes de terre en équivalent céréales) devrait atteindre 4,16 mil lions de tonnes, d’après les prévisions, ce qui représenterait la meilleure récolte depuis neuf ans, d’un volume supérieur de 4,7 pour cent aux estimations révisées de l’an dernier. Malgré la reprise enregistrée ces trois dernières années, la production intérieure se situe encore bien en dessous des besoins alimentaires minimums et le pays aura à nouveau besoin d’une aide alimentaire extérieure substantielle car ses capacités d’importations commerciales demeurent fortement limitées. Le déf icit céréalier en 2003/04 (novembre/octobre) est estimé à 944 000 tonnes. Les importations commerciales sont évaluées à 100 000 tonnes, les importations à des conditions de faveur à 300 000 tonnes, essentiellement en provenance de la République de Corée et l’aide alimentaire à 140 000 tonnes. Il reste donc un déficit non couvert de 404 000 tonnes qui nécessite une aide alimentaire et des importations à des conditions de faveur supplémentaires. Pour faire face à ce déficit vivrier chronique, i l est recommandé, outre la fourniture d’une aide alimentaire urgente, que la communauté internationale entame avec le Gouvernement un dialogue qui permettra d’établir un cadre propice à la mobilisation d’une assistance économique, financière et autre, nécessaire pour promouvoir la production alimentaire durable et la sécurité alimentaire générale. Sur la base des analyses de l’économie alimentaire des ménages, qui révèlent entre autres la vulnérabilité accrue des ménages qui dépendent du syst ème de distribution public face à l’insécurité alimentaire, par suite de la baisse de leur pouvoir d’achat, la mission recommande de mobiliser 484 000 tonnes d’aide alimentaire (environ 400 000 tonnes en céréales) en faveur de 6,5 millions de personnes vulnérables durant l’année civile 2004.
  • Thumbnail Image
    Document
    Rapport du comité d’évaluation des performances de la CTOI 2009
    Also available in:
    No results found.

    En réponse à des appels de la commuuté intertiole à une évaluation des performances des Organisations régioles de gestion des pêches (ORGP), la Commission des thons de l’océan Indien a accepté, en 2007, de mettre en place un processus d’évaluation. La CTOI a formé un comité d’évaluation comprent un juriste, un expert scientifique indépendant, six membres de la CTOI et un observateur représentant les ONG, comité qui a remis son rapport à la Commission en janvier 2009. L’évaluation réalisée par le comité est basée sur les critères élaborés lors de la réunion conjointe des différentes ORGP- thon qui eut lieu à Kobe (Japon) en 2007, et se concentre sur les points suivants : Adéquation de l’Accord portant création de la Commission des thons de l’océan Indien (« Accord ? CTOI ») aux principes actuels de gestion des pêches. Cohérence entre les avis scientifiques émis et les mesures de conservation et de gestion adoptées. Efficacité des mesures de contrôle établies par la CTOI. Efficacité et t ransparence de la gestion administrative et fincière. PRINCIPALES CONCLUSIONS DU COMITÉ D’ÉVALUATION I. Cadre légal de l’Accord CTOI L’alyse juridique de l’Accord CTOI a permis d’identifier une série de faiblesses et de failles qui peuvent être résumées comme suit. L’Accord CTOI est obsolète, dans la mesure où il ne tient pas compte des principes modernes de la gestion des pêches. L’absence de concepts tels que le principe de précaution ou l’approche écosystémique de la gestion des pêches est co nsidérée comme une faiblesse majeure. Le manque d’une claire définition des fonctions de la Commission ou des obligations des états du port ou du pavillon sont des exemples des obstacles au fonctionnement efficace de la Commission. Les limites imposées à la participation à cet ORGP, découlant du statut légal de la CTOI en tant qu’organe au titre de l’Article XIV de l’Organisation de Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), entrent en conflit avec les dispositions de l’Accord des Nations Unies sur les stocks (UNFSA) et empêchent certains acteurs principaux de la pêche dans l’océan Indien de participer aux travaux de la Commission. La relation entre la CTOI et la FAO, principalement d’un point de vue budgétaire, a un impact négatif sur l’efficacité des travaux de la Commission, ni les Membres ni le Secrétariat n’ayant pleinement le contrôle du budget. Cela soulève également des questions quant au niveau de ?????? transparence dans les affaires fincières de la Commission. Le Comité recommande que l’Accord CTOI soit amendé ou remplacé par un nouvel instrument. Le choix entre ces deux options devrait tenir compte de l’intégralité des problèmes identifiés dans cette évaluation. II. Évaluation des performances de la Commission selon les critères arrêtés L’alyse basée sur les critères de performance a mis en évidence de nombreuses faiblesses dans les travaux de la Commission, dont les principales sont indiquées ci-dessous. Haut niveau d’incertitude Les données quanti tatives fournies pour de nombreux stocks sous mandat de la CTOI sont très limitées.Cela provient d’un manque de respect des mesures –une grande proportion des captures provent de pêcheries artisales sur lesquelles on ne dispose que de peu d’informations– et d’un manque de coopération de la part des non membres de la CTOI. Par ailleurs, les données déclarées à la CTOI sont souvent de mauvaise qualité. Cela contribue au fort niveau d’incertitude sur l’état de nombreux stocks sous mandat de la CTOI . Mauvais respect des mesures et faiblesses des moyens visant à répondre au non respect Il est courant que les mesures et obligations adoptées par la CTOI ne soient que peu respectées. La Commission, à ce jour, n’a pris que peu d’actions pour remédier à ce problème (il n’existe actuellement aucune sanction/pélité en cas de non respect). De plus, la liste des vires illicites, non déclarés et non réglementés (« INN ») ne s’applique qu’aux non membres. Besoins spécifiques des états en développement De nombreux États en développement conissent de sérieuses contraintes en terme de capacité/infrastructure qui limitent leur capacité à respecter leurs obligations, en particulier en termes de collecte, traitement et déclaration de données. Un certain nombre d’entre eux manquent également de l’expertise scientifique nécessaire et même lorsque cette expertise existe, des problèmes budgétaires limitent souvent leur participation aux réunions de la Commission, en particulier à celles du Comité scie ntifique et des groupes de travail. III. Au vu de ces conclusions, et en plus des recommandations spécifiques concernt chaque critère, le Comité d’évaluation attire l’attention de la Commission sur les problèmes globaux suivants Incertitude Régler le problème de l’incertitude sur les données et l’évaluation des stocks est l’une des actions les plus fondamentales et urgentes à entreprendre pour améliorer l’efficacité de la Commission. Cela nécessitera une gamme d’actions, dont les plus importante s sont : l’application de méthodes d’évaluation scientifiques adaptées aux données disponibles ; mise en place d’un programme régiol d’observateurs scientifiques pour améliorer la collecte des données sur les espèces cibles et accessoires ; amélioration de la collecte des données et de la capacité de déclaration pour les États en développement.Il est également crucial de faire participer les non membres pêchant dans la zone de compétence de la CTOI, afin de réduire l’incertitude. De même, il con viendra de mettre en place un cadre permettant d’agir en réponse à l’incertitude dans les avis scientifiques et d’améliorer le fonctionnement du Comité scientifique et des organes subsidiaires ainsi que la participation à leurs réunions. Application Il est impératif de renforcer la capacité du Comité d’application à contrôler la non application et à conseiller la Commission sur les actions pouvant être prises en réponse à la non application. Il conviendrait de prévoir des mécanismes de sanction en cas de non application, ainsi que des dispositions de réponses aux infractions. La résolution sur la mise en place de la liste INN devrait être amendée pour permettre l’inclusion de vires battant pavillon d’un membre de la Commission. Besoins particuliers des États en développement Il conviendrait d’augmenter l’effort fincier pour le développement des capacités des États en développement. La Commission devrait améliorer les mécanismes de fincement existants pour améliorer la capacité des État s en développement en matière de collecte, traitement et déclaration des données, ainsi qu’en matière de compétences scientifiques et techniques. Dans ce contexte, il faudrait envisager la possibilité de mettre en place un fonds spécial pour faciliter la participation aux travaux de la Commission et de ses organes subsidiaires. Il conviendrait également de renforcer le rôle et la capacité du Secrétariat à mener des actions ciblées de développement des capacités.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.