Thumbnail Image

FAO/SMIAR Alerte Spécial No. 339

Afrique de l’Est - Une sécheresse intense et prolongée aggrave l’insécurité alimentaire









Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Newsletter
    FAO/SMIAR - Alerte Spéciale No. 337 - Afrique de l'Est
    Des niveaux alarmants d’insécurité alimentaire dans plusieurs régions d'Afrique orientale en raison d’une grave sécheresse
    2017
    Also available in:

    En Afrique de l’Est, les cultures et les pâturages sont actuellement gravement touchés par une sécheresse généralisée, laissant craindre une détérioration significative de l'insécurité alimentaire d'ici le début de 2017. Les régions situées au premier rang des préoccupations sont le centre et le sud de la Somalie, le sud-est de l'Éthiopie, le nord et l'est du Kenya, le nord et l’est de la République-Unie de Tanzanie et le sud-est de l'Ouganda. Les fortes hausses des prix des céréales et des produits d’origine animale limitent l'accès à la nourriture d’un grand nombre de ménages. Les chocs climatiques récurrents ont sapé la résilience des ménages et il est urgent de fournir un soutien aux activités agricoles.
  • Thumbnail Image
    Newsletter
    SMIAR Alerte Spéciale No. 345 - Afrique de l’Est, 23 avril 2019
    La grave sécheresse qui a caractérisé le début de la première saison des pluies de 2019 et les prévisions météorologiques défavorables suscitent des préoccupations quant à la sécurité alimentaire
    2019
    Also available in:

    Une grave sécheresse a sévi en mars 2019 et durant la première moitié du mois d'avril dans de vastes parties d’Afrique de l'Est, le passage du cyclone tropical "Idai" ayant éloigné les précipitations de la sous-région. Les prévisions météorologiques prévoyaient initialement des précipitations moyennes ou supérieures à la moyenne de mars à mai, mais les mises à jour ultérieures ont annoncé des conditions de sécheresse en avril et une situation contrastée concernant les pluies en mai selon les zones. Les conditions actuelles de sècheresse nuisent gravement aux zones pastorales, aggravant l'incidence des faibles précipitations tombées entre octobre et décembre 2018, et suscitent de fortes inquiétudes quant à la sécurité alimentaire. La grave sécheresse a compromis les semis et la germination des cultures dans de nombreuses régions; la production agricole devrait ainsi être nettement inférieure à la moyenne. Les régions situées au premier rang des préoccupations sont le nord et l'est du Kenya, la Somalie, le sud-est de l'Éthiopie, l'Ouganda et le nord-est de la République-Unie de Tanzanie. Les chocs climatiques récurrents ont sapé la résilience des ménages, il est ainsi urgent de soutenir les moyens de subsistance agricoles.
  • Thumbnail Image
    Journal, magazine, bulletin
    SMIAR FPMA Bulletin #4, 10 mai 2017
    Rapport mensuel sur les tendances des prix alimentaires
    2017
    Les cours internationaux du blé ont globalement baissé en avril, sous la pression de disponibilités abondantes et de perspectives globalement favorables concernant les récoltes de 2017. Les prix à l’exportation du maïs sont restés soumis à une pression à la baisse, en raison principalement de prévisions de récoltes exceptionnelles dans les pays de l’hémisphère Sud. En revanche, les prix internationaux du riz ont augmenté, soutenus par une reprise des échanges, en raison tout particulièrement d’ une forte progression des ventes à destination des pays du Proche-Orient. En Afrique de l’Est, les prix des céréales ont encore augmenté en avril et ont atteint des niveaux record ou quasi-record dans la plupart des pays. Les prix ont été soutenus par un resserrement de l’offre, conséquence d’une production réduite par la sécheresse au cours de la campagne secondaire de 2016 et de perspectives incertaines concernant les récoltes de 2017 en raison de conditions plus sèches que la moyenne et d’inf estations de chenilles processionnaires dans les principales zones de culture. Dans les pays de l’hémisphère Sud, en avril, les perspectives favorables concernant la production de maïs ont exercé une pression à la baisse sur les prix domestiques, qui se sont établis à des niveaux moins élevés qu’un an auparavant. Au Brésil, où les récoltes en cours de la campagne principale devraient atteindre un volume exceptionnel, les prix du maïs ont fortement chuté en avril et se sont établis en moyenne à d es valeurs inférieures de quelque 40 pour cent à celles d’il y a un an. En Afrique du Sud, des prévisions de récolte proches de niveaux record ont entraîné une baisse des prix du maïs blanc pour le quatrième mois consécutif, les prix ont diminué de plus de moitié en un an.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.