Thumbnail Image

Rapprocher le marché burkinabè du riz des signaux du marché international







Also available in:
No results found.

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Policy brief
    Transmission des prix dans les marchés alimentaires 2024
    La présente note d’orientation analyse si les marchés alimentaires nationaux dans les pays en développement réagissent aux variations des prix internationaux et, si oui, à quelle vitesse. La transmission des prix – c’est-à-dire la mesure dans laquelle les variations des prix alimentaires internationaux entraînent des variations des prix alimentaires locaux – est fondamentale pour évaluer le fonctionnement du marché. Selon la loi du prix unique, la transmission du prix est complète lorsque les prix d’un produit alimentaire vendu sur des marchés concurrentiels étrangers et intérieurs ne diffèrent qu’à raison des coûts du transport. Cette transmission complète du prix est rendue possible par le commerce. L’évolution de l’offre et de la demande dans un pays a des incidences sur les prix, qui vont à leur tour déclencher des échanges commerciaux avec d’autres pays. Étant donné que le commerce rétablit l’équilibre du marché, les prix sur le marché intérieur ont tendance à se niveler sur ceux des marchés étrangers, sauf pour ce qui concerne les coûts de transport, d’où l’expression «loi du prix unique».Les marchés sont d’importants déterminants de l’intégration économique, mais ils peuvent également transmettre des chocs. D’ailleurs, la note d’orientation montre qu’une forte dépendance à l’égard des importations et un régime commercial libéralisé vont de pair avec une transmission des prix plus rapide. En revanche, les pays connaissent une transmission des variations des prix internationaux plus incomplète lorsque les coûts des échanges sont comparativement plus élevés et que les politiques commerciales sont plus restrictives. Enfin, l’analyse fait dans la note d’orientation semble également indiquer que, lorsque les pays dépendent des importations et que les marchés intérieurs sont moins intégrés dans les marchés internationaux, les prix à la consommation sont en général bien plus élevés que les prix mondiaux.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Vers un soutien de la filière coton plus efficient pour améliorer durablement sa compétitivité 2013
    Also available in:
    No results found.

    En recevant des prix supérieurs aux prix internationaux de référence, les producteurs de coton burkinabè ont reçu des incitations à la production et ceci grâce à la mise en place du mécanisme de fonds de lissage. Il a permis de garantir des prix minimum aux producteurs qui sont indexés sur les cours internationaux du coton. Cependant, la pérennité de ce système est questionnée étant donné son coût et l’aide internationale qu’il requiert.
  • Thumbnail Image
    Journal, magazine, bulletin
    Bulletin de Suivi et analyse des prix alimentaires (FPMA) #2 FR, 11 mars 2020
    Rapport mensuel sur les tendances des prix alimentaires
    2020
    Also available in:
    No results found.

    Les prix à l’exportation du blé et du maïs ont globalement baissé en février dans un contexte d’abondance de l’offre sur les marchés mondiaux et d’incertitudes concernant l’impact du coronavirus sur la demande mondiale. En revanche, les cours internationaux du riz ont augmenté en raison de la forte demande émanant des acheteurs d’Extrême-Orient et d’Afrique alors que les disponibilités. En Afrique australe, les hausses des prix du maïs se sont atténuées, grâce à l’amélioration des perspectives concernant les récoltes de 2020, aux importants volumes d’importation et aux effets des politiques visant à stabiliser les prix. Toutefois, les prix sont restés largement supérieurs à ceux de l’an dernier, compte tenu de la situation précaire de l’offre au niveau régional. En Afrique de l’Est, en février, les prix des céréales secondaires ont diminué de façon saisonnière dans la plupart des pays de la sous-région, les récoltes récemment rentrées de la deuxième campagne ayant amélioré l’offre sur le marché. En revanche, au Soudan, les prix ont continué de grimper en flèche et ont atteint des niveaux record en février, en raison des récoltes céréalières inférieures à la moyenne rentrées en 2019 et du niveau élevé des coûts de production et de transport. En Asie de l’Est, les prix de la farine de blé ont reculé au Pakistan par rapport aux niveaux record ou quasi-record enregistrés en janvier, sous la pression des mesures prises par le gouvernement et des perspectives de production favorables concernant les récoltes de la campagne principale de 2020.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.