Thumbnail Image

La volatilité des prix sur les marchés agricoles

État des lieux, répercussions sur la sécurité alimentaire, réponses politiques







Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Perspectives alimentaires - No. 4 décembre 2004 2004
    Also available in:

    Selon les estimations de la FAO, la production céréalière de 2004 atteindrait le niveau record de 2 042 millions de tonnes, ce qui représente une hausse considérable par rapport à la prévision de septembre et 8,4 pour cent de plus qu’en 2003. La production céréalière devrait dépasser l’utilisation en 2004/05, ce qui entraînerait une augmentation des stocks pour la première fois depuis cinq ans. L’utilisation mondiale de céréales en 2004/05 devrait augmenter de 2,4 pour cent par rapport à la campagne précédente. Cette augmentation sera en grande partie imputable à l’utilisation fourragère de céréales, du fait des disponibilités accrues. Les stocks céréaliers mondiaux devraient passer à 441 millions de tonnes à la clôture des campagnes 2004/05. Le gros de cette augmentation concernera les réserves de maïs et de blé des grands pays exportateurs. En revanche, les stocks de riz devraient marquer un nouveau recul. Les cours internationaux du blé et des céréales secondaire s sont dans l’ensemble plus faibles qu’il y a un an, mais ceux du riz restent bien au-dessus des niveaux de 2003. Le commerce mondial de céréales devrait reculer en 2004/05, du fait principalement du fléchissement de la demande dans l’UE, qui serait plus que compensé par l’augmentation des importations des pays en développement, en particulier la Chine. Les cours mondiaux de la viande se sont à peu près stabilisés à la fin 2004, du fait de la levée des interdictions frappant les import ations des zones auparavant touchées par les maladies, d’où une augmentation des disponibilités exportables. La production et le commerce de viande devraient poursuivre leur expansion en 2005. Les cours internationaux des produits laitiers ont grimpé tout au long de 2004, et en novembre, l’indice de la FAO pour les produits laitiers a atteint son plus haut niveau depuis 1990. Cette pression à la hausse exercée sur les cours s’explique essentiellement par l’accroissement de la demande intern ationale, en particulier celle de lait entier en poudre dans les pays en développement. Les cours des graines oléagineuses ont atteint des niveaux records lors des précédentes campagnes de commercialisation, mais ils ont considérablement reculé depuis avril, en raison principalement de la récolte importante rentrée aux États-Unis. Les cours du sucre sont généralement fermes sur les marchés internationaux, car la croissance de la consommation mondiale de sucre reste plus forte que celle de la production.
  • Thumbnail Image
    Document
    La crise des prix du riz de 2007/08
    Comment les politiques ont fait grimper les prix et comment elles peuvent participer à la stabilisation du marché
    2011
    Also available in:

    Après avoir augmenté lentement mais régulièrement à partir de niveaux historiquement bas, les cours mondiaux du riz ont triplé en seulement six mois en 2007/08. La flambée des prix a suscité de nombreuses inquiétudes car le riz est l’aliment de base pour beaucoup de populations pauvres dans le monde. De nombreuses personnes ont été prises de court car les fondamentaux du marché étaient sains. En effet, la flambée a été entraînée par les politiques gouvernementales plus que par des changements au niveau de la production et de la consommation de riz. Ceci indique que de meilleures politiques gouvernementales pourraient permettre d’éviter de telles crises à l'avenir.
  • Thumbnail Image
    Journal, magazine, bulletin
    Bulletin de suivi et analyse des prix alimentaires (FPMA) #4 FR, 13 mai 2024
    Rapport mensuel sur les tendances des prix alimentaires
    2024
    Also available in:
    No results found.

    Les prix mondiaux à l’exportation du blé se sont stabilisés en avril 2024 après avoir baissé pendant trois mois consécutifs, tandis que les prix du maïs ont augmenté par rapport au mois précédent. Les prix internationaux du riz ont reculé de 1,8 pour cent en avril, principalement sous la pression des nouvelles récoltes. Dans la plupart des pays faisant l’objet d’un suivi de la FAO, les prix intérieurs des denrées alimentaires de base sont restés à des niveaux historiquement élevés en mars et avril 2024. Dans de nombreux pays, les difficultés macroéconomiques et les coûts élevés de distribution des aliments continuent de soutenir la cherté des denrées alimentaires produites localement et importées. En Haïti et dans certaines parties d’Afrique de l’Est et de l’Ouest, des situations de crise prolongées ont eu des répercussions négatives sur la production alimentaire et le fonctionnement des marchés, entraînant des hausses des prix des denrées alimentaires. Les chocs météorologiques ont réduit les perspectives de récolte et ont exercé des pressions à la hausse sur les prix du maïs dans certaines régions d’Afrique australe et d’Amérique du Sud. En revanche, l’abondance des disponibilités et les perspectives de récolte favorables ont abouti à des baisses des prix intérieurs du blé dans certaines régions d’Europe orientale, du Caucase, d’Asie centrale et d’Extrême-Orient.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.