Thumbnail Image

Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural







Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Brochure, flyer, fact-sheet
    Développement de l’entreprenariat agricole agricole des femmes et des jeunes en République Centrafricaine
    Note programmatique sur la résilience
    2019
    Also available in:
    No results found.

    La République centrafricaine est dotée d’immenses ressources naturelles, le pays compte environ 16 millions d’ha de terres arables ainsi que d’importantes réserves en eau propice à la production agricole et sylvopastorale. Cependant, leur exploitation a été entravée par des années de sous-investissement, de mauvaise gestion, de pillage et de conflits militaro-politiques. Classée comme un des pays les plus pauvre de la planète, la République centrafricaine dépend d’une économie largement dominée par le secteur primaire et environ 75 pour cent de la population tire ses moyens d’existence de l’agriculture. Les femmes, elles représentent environ 51 pour cent de la population et malgré leurs responsabilités pour assurer la subsistance de leur ménage, leur autonomisation et leur participation active dans la vie socio-économique du pays restent limitées. La situation est similaire pour les jeunes alors que plus de 70 pour cent des Centrafricains ont moins de 35 ans. L’exclusion sociale et économique de ces groupes renforce leur sentiment d’injustice sociale, ce qui constitue un défi pour la paix et la stabilité du pays. Stimuler la relance du secteur agricole, sylvopastoral et de la pêche implique l’amélioration des chaînes de valeurs des filières porteuses et le développement de l’entrepreneuriat agricole, également en milieu urbain et péri-urbain. La création d’emplois durables et la promotion de travail décent pour les jeunes et les femmes dans ces filières passe par l’amélioration de la production mais également par la valorisation de la transformation et de la commercialisation des produits issus de ces filières.
  • Thumbnail Image
    Policy brief
    Note d'orientation nº7: Éléments de stratégies pour stimuler les investissements responsables des jeunes en vue d’un renforcement des filières agricoles et agroalimentaires territorialisées en Tunisie
    Note de synthèse des recommandations du Pôle de réflexion sur l’investissement des jeunes agri-entrepreneurs (PRIJA)
    2022
    Also available in:
    No results found.

    La Tunisie est confrontée à une crise économique de grande ampleur, conséquence de la covid-19 et de la guerre en Ukraine, frappant une économie qui ralentissait déjà. Ces crises conjoncturelles ont exacerbé des fragilités structurelles – en particulier le faible taux d’investissement et de création d’emplois dans les zones rurales, ainsi que le chômage élevé, notamment parmi les jeunes. Compte tenu de ces défis, il est impératif de stimuler des investissements responsables dans l’agriculture et les systèmes alimentaires, portés prioritairement par les jeunes, permettant de moderniser, renforcer et revaloriser les filières agricoles tunisiennes et d’y apporter l’innovation nécessaire pour augmenter la production et la productivité pour la sécurité alimentaire nationale; de renforcer l’organisation des producteurs autour d’une dynamique territoriale; et de créer des emplois décents, tout en respectant les ressources naturelles et en valorisant l’héritage culturel. Cette note vise à apporter des réponses en ce sens. Elle résume les principales recommandations du Pôle de réflexion sur les investissements des jeunes agri-entrepreneurs (PRIJA), animé par une équipe du Laboratoire d’économie rurale (LER) de l’Institut national de la recherche agronomique de Tunisie (INRAT), organisé en coopération avec l’Agence de promotion des investissements agricoles (APIA) et la FAO. Elle met en relief l’importance de la mise en place d’une stratégie nationale cohérente permettant d’articuler un ensemble de réformes potentielles qui devraient être concertées par les différentes institutions de l’écosystème de l’entrepreneuriat agricole.
  • Thumbnail Image
    Project
    Élargir les possibilités d’emploi des jeunes dans les chaînes de valeur de l’aquaculture et du manioc en Afrique de l’Ouest - GCP/RAF/254/MUL 2020
    Also available in:
    No results found.

    Le chômage et le sous-emploi des jeunes sont des thèmes incontournables en Afrique de l’Ouest, au vu de leurs répercussions majeures sur la croissance socio-économique, la paix et la stabilité dans la région. C’est pourquoi la création et la promotion d’emplois durables pour les jeunes ruraux, hommes et femmes, sont des éléments fondamentaux d’un programme de développement. Il était estimé lors de la conception du projet que la moitié de la population africaine avait moins de 25 ans et que 11 millions de jeunes Africains rejoignaient le marché du travail chaque année. L’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine a d’ailleurs déclaré la décennie 2009-2018 «Décennie pour le développement de la jeunesse en Afrique» afin d’encourager les pays à prendre des initiatives politiques en faveur de la création d’emplois pour les jeunes. À court et moyen terme, les activités liées à l’agriculture ont été identifiées comme le moyen le plus immédiat de générer des revenus pour un grand nombre de jeunes en Afrique. En effet, il est démontré que dans les pays où les gouvernements accordent une grande importance à l’agriculture, les jeunes sont plus enclins à considérer ce secteur comme une option avantageuse pour leur avenir. Le projet a donc été conçu pour promouvoir les possibilités d’emploi dans le secteur agro-alimentaire le long des chaînes de valeur de l’aquaculture et du manioc dans les pays participants.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.