Thumbnail Image

FPMA Bulletin #1, 14 février 2017

Rapport mensuel sur les tendances des prix alimentaires











Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Newsletter
    FPMA Bulletin #11, 9 décembre 2016 2017
    Les cours du blé sur les marchés internationaux ont affiché des tendances contrastées en novembre, tout en restant au-dessous des niveaux enregistrés un an auparavant du fait de l’abondance des disponibilités mondiales. Ceux du maïs étaient relativement stables, la pression à la baisse exercée par la perspective de récoltes exceptionnelles étant compensée par la forte demande d’importation. L’arrivée des nouvelles récoltes et l’atonie de la demande ont en général continué de peser sur les cours du riz. En Afrique de l’Est, les prix des céréales ont augmenté dans la plupart des pays et se situaient bien au-dessus des niveaux enregistrés un an auparavant en raison des insuffisances localisées de la production en certains endroits et des perspectives incertaines concernant les cultures en cours en certains endroits. Au Soudant du Sud, la nouvelle forte dépréciation de la monnaie locale a contribué à la fermeté des prix des denrées alimentaires, qui ont augmenté en novembre après avoir qu elque peu baissé ces derniers mois. En Afrique de l’Ouest, les disponibilités adéquates issues des bonnes récoltes de 2016 et des stocks de report des volumes rentrés l’an dernier ont entraîné une nouvelle baisse des prix dans la plupart des pays de la sous-région. Au Nigéria, toutefois, la faiblesse de la monnaie locale et la persistance des troubles civils ont limité la baisse et maintenu les prix à des niveaux record ou quasi-record.
  • Thumbnail Image
    Document
    FPMA bulletin #10, 10 novembre 2016
    Rapport mensuel sur les tendances des prix alimentaires
    2016
    Les cours du blé et du maïs sur les marchés internationaux ont légèrement augmenté en octobre, soutenus par la forte demande d’importation. Toutefois, l’abondance des disponibilités mondiales et les récoltes exceptionnelles attendues ont maintenu les prix moyens au-dessous des niveaux enregistrés l’année précédente. En revanche, les cours du riz ont continué de baisser, suite à la nouvelle récolte et à l’atonie de la demande d’importation. En Amérique centrale et aux Caraïbes, les prix du maïs e t des haricots ont continué de chuter du fait de l’arrivée de la nouvelle récolte, en particulier au Honduras et au Nicaragua, tandis qu’ils ont atteint des sommets dans les zones situées au sud-ouest d’Haïti, les plus durement touchées par l’ouragan Matthew. En Afrique, les prix des céréales secondaires ont continué de baisser au Soudan du Sud, tandis qu’au Nigéria, le démarrage de la récolte précoce a limité la tendance à la hausse constatée depuis plusieurs mois. Dans ces pays, les prix resta ient toutefois deux à trois fois supérieurs à ceux enregistrés le même mois l’an dernier. Les prix sont également restés élevés dans plusieurs pays importateurs de l’Afrique australe, du fait du resserrement des disponibilités régionales. En Asie, les prix du riz ont accusé un recul ou sont demeurés stables dans la plupart des pays, tandis qu’ils ont continué de grimper pour atteindre des sommets au Bangladesh, soutenus par les disponibilités commerciales très limitées.
  • Thumbnail Image
    Newsletter
    FPMA Bulletin #2, 10 mars 2017
    Rapport mensuel sur les tendances des prix alimentaires
    2017
    Les prix à l’exportation des céréales ont encore augmenté sur les marchés internationaux en février. Les cours du blé et du maïs ont été en général soutenus par la forte demande, mais les disponibilités abondantes à l’échelle mondiale et les perspectives préliminaires globalement bonnes concernant les cultures de 2017 ont limité la hausse. Les cours du riz sur les marchés internationaux ont eux aussi augmenté, ce qui tient pour l’essentiel aux fluctuations de change et à la vente attendue de gro s volumes de riz Basmati. En ce qui concerne l’Afrique de l’Est, les prix des céréales se sont maintenus à des niveaux record ou quasi record en février, les récoltes 2016/17 ayant été très réduites du fait du temps extrêmement sec qui a sévi. L’insuffisance des disponibilités d’eau et de parcours a entraîné une dégradation de l’état du bétail, et la réduction des troupeaux par les agriculteurs s’est traduite par une forte baisse des prix du bétail. Au Nigéria, les prix des produits alimentaires de base, parmi lesquels les céréales et les tubercules, ont enregistré de fortes hausses en janvier, atteignant des niveaux quasi record. La dépréciation persistante de la monnaie locale, la forte hausse des coûts de transport et l’insécurité ont largement neutralisé la tendance à la baisse des prix due à la récolte supérieure à la moyenne rentrée en 2016.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.