Thumbnail Image

Plantes alimentaires spontanées au Niger

Réseau Africain pour le Développement de l'Horticulture (RADHORT)









Also available in:
No results found.

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Document
    La collection de germoplasm des plantes légumières en Côte d’Ivoire
    Réseau Africain pour le Développement de l'Horticulture (RADHORT)
    2012
    Also available in:
    No results found.

    Les légumes (gombo, aubergine, piment, tomate, cucurbitacées, etc.) occupent une place importante dans l’alimentation en Côte d’Ivoire. Ce sont des condiments très appréciés dont la consommation (feuille, fruit) augmente quotidiennement avec les besoins en produits vivriers de base (riz, banane, igname, etc.), du fait du taux croissant de la population ivoirienne et surtout de celle des grandes agglomérations urbaines non agricoles. Devenues sources de revenus les plus sûres (plus de sept millia rds par an – SODEFEL, 1989) les superficies de culture de légumes se rencontrent partout où la culture ne pose aucun problème. Cependant, ces plantes ont fait l’objet de très peu de recherche en Côte d’Ivoire. La recherche fondamentale a été effectuée par le Centre Néerlandais sur les aubergines locales et l’ORSTOM sur le gombo (collection et évaluation du matériel, mise en évidence des contraintes de cultures). La Société de Fruits et Légumes (SODEFEL) a évalué plusieurs variétés importées pour en recommander un certain nombre aux utilisateurs (SODEFEL, 1975). Des travaux de Siemonsma, 1982 ; Hamon, 1988 ; Djidji, 1992 ont relevé non seulement les limites du matériel végétal importé mais aussi l’importance et la diversité du matériel local ivoirien. Pour satisfaire ce besoin, sans cesse croissant en légumes dans l’alimentation, il apparaît donc nécessaire d’augmenter la production de légumes. Cela doit se passer par l’amélioration des systèmes culturaux et l’obtention de variétés adap tées aux différents systèmes de culture. C’est ainsi que l’Institut des Savanes (IDESSA) a entrepris depuis 1988, un programme de recherche sur les cultures légumières.
  • Thumbnail Image
    Document
    L’amelioration de l’oignon - (Allium cepa L.) au Niger
    Réseau Africain pour le Développement de l'Horticulture (RADHORT)
    2012
    Also available in:
    No results found.

    L’oignon est la culture maraîchère la plus importante au Niger. Alors que, de 1970 à 1974, la production annuelle se situait autour de 30.500 t/an pour une superficie de 1.750 ha (soit un rendement moyen de 17,5 t/ha), elle s’élève actuellement de 124.500 t pour une superficie de 4.400 ha (soit un rendement moyen de 28,3 t/ha). Une bonne partie (30 %) de cette production est exportée en frais vers les pays côtiers de la sous-région, soit 37.000 t/an environ. La culture est pratiquée en irrigué p endant la saison sèche et fraîche, de novembre à avril, dans les vallées où la nappe phréatique est suffisamment superficielle pour permettre un arrosage au chadouf (puisage de l’eau avec balancier) ou à la calebasse. Une partie de la production (10 à 15 %) est effectuée en hivernage, entre août et novembre. Les deux types de culture sont faits à partir de semis des graines en pépinière et repiquage sur des parcelles de 2 à 4 m² avec une densité de 40 à 60 plantes/m².
  • Thumbnail Image
    Document
    L’amelioration de l’oignon - (Allium cepa L.) au Niger
    Réseau Africain pour le Développement de l'Horticulture (RADHORT)
    2012
    Also available in:
    No results found.

    L’oignon est la culture maraîchère la plus importante au Niger. Alors que, de 1970 à 1974, la production annuelle se situait autour de 30.500 t/an pour une superficie de 1.750 ha (soit un rendement moyen de 17,5 t/ha), elle s’élève actuellement de 124.500 t pour une superficie de 4.400 ha (soit un rendement moyen de 28,3 t/ha). Une bonne partie (30 %) de cette production est exportée en frais vers les pays côtiers de la sous-région, soit 37.000 t/an environ. La culture est pratiquée en irrigué p endant la saison sèche et fraîche, de novembre à avril, dans les vallées où la nappe phréatique est suffisamment superficielle pour permettre un arrosage au chadouf (puisage de l’eau avec balancier) ou à la calebasse. Une partie de la production (10 à 15 %) est effectuée en hivernage, entre août et novembre.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.