Thumbnail Image

Feuille de route pour la tuberculose zoonotique










Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Lutte antivectorielle et élimination de la trypanosomiase humaine africaine (THA) à gambiense - Réunion conjointe d’experts FAO/OMS (Réunion en ligne), 5-6 octobre 2021
    Série de rapports de réunion du PLTA, No. 1
    2022
    Also available in:

    La trypanosomiase humaine africaine (THA) est une maladie parasitaire vectorielle transmise par les mouches tsé-tsé en Afrique subsaharienne. La forme gambiense de la maladie (gTHA) est endémique en Afrique occidentale et centrale et est responsable de plus de 95 pour cent des cas de THA rapportés chaque année. Dans la feuille de route pour les maladies tropicales négligées 2021-2030, l’OMS a ciblé la gTHA pour éliminer sa transmission d’ici 2030. La FAO soutient cet objectif dans le cadre du Programme de lutte contre la trypanosomose africaine (PLTA). Dans le cadre du réseau de l’OMS pour l’élimination de la THA, la FAO et l’OMS ont organisé une réunion virtuelle d’experts pour examiner la lutte antivectorielle dans le contexte de l’élimination de la gTHA. Les experts comprenaient des responsables de la santé des pays endémiques et des représentants d’institutions de recherche et universitaires, d’organisations internationales et du secteur privé. Sept pays endémiques ont fourni des rapports sur les interventions récentes et en cours de lutte antivectorielle contre la gTHA au niveau national (Angola, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Ouganda, République démocratique du Congo et Tchad). Les rapports nationaux ont été suivis de sessions thématiques sur divers aspects de la lutte antivectorielle: outils, coûts, approches communautaires, suivi et établissement de rapports. La lutte contre les tsé-tsé a également été discutée dans le cadre plus large de «Une seule santé», et en particulier en relation avec la lutte contre la trypanosomose animale. Ce rapport présente un résumé des conclusions et des enseignements tirés.
  • Thumbnail Image
    Brochure, flyer, fact-sheet
    Législation sur «Un monde, une santé»
    prévenir les pandémies par la loi
    2021
    Also available in:

    Il est de plus en plus reconnu que la santé humaine, végétale et animale, la santé environnementale et la sécurité sanitaire des aliments sont interdépendantes, et que la dégradation des systèmes écologiques a considérablement augmenté le risque global d'épidémies de zoonoses, ainsi que d'autres effets néfastes sur la santé humaine. Les effets dévastateurs du covid-19 au niveau humain, social et économique devraient obliger la communauté mondiale à assurer la prévention d'un autre événement similaire. L'approche «Un monde, une santé» offre une plateforme permettant de travailler sur l'interaction entre la santé humaine, la santé animale et la santé des végétaux, et leur environnement commun. Travailler sur les synergies entre ces domaines est essentiel pour prévenir l'épidémie ou atténuer l'impact de nouvelles maladies, et ainsi améliorer la réponse immunitaire de tous les organismes aux menaces biologiques nouvelles et existantes. Dans le cadre de l'approche «Un monde, une santé», le développement économique et la production agricole tiennent compte de l'impact des activités anthropiques sur l'environnement, la santé et le bien-être des animaux. Une attention particulière est également dediée à la faune sauvage, à la protection des forêts et de la biodiversité, et à l'atténuation du changement climatique. Un environnement bien préservé, ainsi que des animaux, des plantes et des écosystèmes sains, sont plus résilients et mieux équipés pour réagir contre de nouveaux agents pathogènes ou atténuer leur impact. La législation est un outil précieux par lequel les pays et les organisations régionales traduisent les objectifs de «Un monde, une santé» en droits, obligations et responsabilités concrets, durables et exécutoires, ouvrant la voie à une collaboration intersectorielle. La législation constitue la base de cadres adéquats pour empêcher l'introduction et la propagation de parasites et de maladies. Elle peut établir des contrôles réglementaires clés au sein d'un secteur, relier les différents domaines pertinents pour «Un monde, une santé» et en faciliter la mise en œuvre coordonnée par différentes autorités, qui sont tous essentiels à la réalisation des objectifs de l’approche «Un monde, une santé».
  • Thumbnail Image
    Brochure, flyer, fact-sheet
    Programme global d’intervention et de redressement covid-19 de la FAO - Inclusion économique et protection sociale pour réduire la pauvreté
    Réponses à la covid-19 en faveur des pauvres pour une relance économique inclusive après la pandémie
    2021
    La pandémie de covid-19 a un impact direct et indirect sur la santé et le bien-être dans le monde entier. La maladie et les mesures de confinement accentuent les difficultés socioéconomiques des segments les plus vulnérables de la société. Ces effets socioéconomiques risquent d'avoir des conséquences désastreuses et de balayer les efforts déployés pour atteindre les objectifs du Programme de développement durable à l’horizon 2030. Les inégalités omniprésentes entre les milieux ruraux et urbains, les riches et les pauvres, les femmes et les hommes exacerbent ces effets. Les populations des régions affectées par un changement climatique grave, un conflit, un déplacement forcé ou une migration sont encore plus vulnérables. Les effets socioéconomiques de la pandémie de covid-19 donnent un caractère encore plus urgent au plaidoyer en faveur de l’éradication de la pauvreté, notamment dans les zones rurales. Sachant qu’environ 80 pour cent des 734 millions de personnes vivant sous le seuil de l'extrême pauvreté sont concentrés dans les zones rurales et qu’environ 70 pour cent des cibles des ODD ont trait aux zones rurales, la réalisation du Programme 2030 exige de mettre davantage l’accent sur le développement rural. La Banque mondiale estime que la crise de la covid-19 pourrait faire basculer jusqu’à 100 millions de personnes dans un dénuement extrême d’ici à la fin de 2020. Les communautés rurales sont moins préparées et moins capables de faire face aux conséquences socioéconomiques de la pandémie, ce qui a, du fait du caractère interconnecté de la plupart des espaces ruraux, des répercussions considérables sur les moyens d’existence ruraux, l’ensemble des systèmes alimentaires et la sécurité alimentaire nationale.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.