Thumbnail Image

Note d’orientation – Communication sur les risques et interactivité avec la population

Pandémie de maladie à coronavirus 2019 (covid-19)











FAO. 2021. Note d’orientation – Communication sur les risques et interactivité avec la population: pandémie de maladie à coronavirus 2019 (covid-19). Rome.



Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Policy brief
    Note d’orientation Programme de gestion durable de la faune sauvage (Sustainable Wildlife Management «SWM» Programme) – Reconstruire en mieux dans un monde post-covid-19
    réduire les risques de propagation de maladies à l’homme liés à la faune sauvage
    2020
    Also available in:

    Nous devons tirer les leçons de cette pandémie, afin de mieux comprendre les causes profondes des zoonoses, de prévenir les futures épidémies et de soutenir une reprise verte afin de «reconstruire en mieux». Environ 70 pour cent des maladies infectieuses émergentes et presque toutes les épidémies récentes ont pour origine des animaux, en particulier des animaux sauvages (par exemple le virus Ebola, le virus Lassa, l’hantavirus et le virus de l’immunodéficience humaine). Les recherches indiquent que les foyers de maladies d’origine animale sont en augmenta on, principalement en raison de la dégradation de l’environnement et de l’intensification de la production et du commerce du bétail. Les interactions entre l'homme, la faune et le bétail augmentent à mesure que les populations humaines se développent et que l'urbanisation et les activités économiques (telles que le commerce de la faune sauvage, l'élevage, l'agriculture, la pêche, le développement des infrastructures, l'exploitation minière et forestière) empiètent sur les habitats des espèces sauvages. Cette plus grande proximité augmente la probabilité de propagation des maladies de la faune sauvage aux humains, ou de la faune sauvage au bétail aux humains. Cette note d’orientation fournit aux décideurs un ensemble de recommandations pratiques qui peuvent être mises en œuvre pour prévenir de futures épidémies causées par la propagation de maladies provenant de la faune sauvage et de la viande de ces animaux. Les recommandations sont basées sur un livre blanc, qui évalue:
    • pourquoi la propagation des maladies de la faune sauvage à l’homme se produit et comment ces épidémies de zoonoses peuvent se propager et devenir des épidémies et des pandémies comme la covid-19;
    • quels efforts peuvent être faits pour prévenir et détecter les épidémies futures et atténuer leurs impacts en renforçant la résilience.
    Cette note d’orientation a été élaborée dans le cadre du Programme de gestion durable de la faune sauvage (SWM Programme), qui est une initiative de l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) financée par l’Union européenne. *** Le SWM Programme est mis en œuvre par un consortium dynamique de quatre partenaires ayant une expertise en matière de conserva on de la faune sauvage et de sécurité alimentaire. Le consortium comprend :
    • l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)
    • le Centre français de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD)
    • le Centre de recherche forestière internationale (CIFOR)
    • la Wildlife Conservation Society (WCS)
  • Thumbnail Image
    Policy brief
    Note d’orientation: Facilitation des échanges dans le secteur agricole
    Mettre la zone de libre-échange continentale africaine au service des femmes
    2023
    Also available in:

    La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) est une puissante stratégie qui promet de renforcer les moyens de subsistance des populations africaines. L'accord englobe plus de 54 pays et soutient un marché de plus de 1,4 milliard de personnes avec un produit intérieur brut combiné de 2,5 trillions de dollars et en pleine expansion. La nouvelle zone de libre-échange offre une occasion unique d'accroître la participation de l'Afrique au commerce mondial et d'atteindre les objectifs de l'Agenda 2063, mais ces objectifs peuvent uniquement être atteints si la mise en œuvre de l'accord est équitable et inclusive. Pour s'assurer que la mise en œuvre de la ZLECAf est équitable et inclusive, les obstacles liés au genre doivent être éliminés et les femmes doivent avoir une voix active dans les processus de prise de décision. Les entités chargées de la mise en œuvre et les autorités doivent effectuer des analyses de genre et donner la priorité aux besoins et aux défis des femmes, en facilitant leur transition vers des marchés et des chaînes de valeur de plus en plus formels. La FAO et le Centre du commerce international (CCI) se sont associés pour apporter leur soutien aux femmes afin qu'elles surmontent les obstacles liés au genre dans le cadre de l'accord. Le programme Renforcer l'autonomie des femmes et les moyens de subsistance par le biais du commerce agricole : Tirer parti de l'AfCFTA a été élaboré en 2021 avec l'objectif de promouvoir la participation des femmes à la zone de libre-échange et d'améliorer leur accès aux activités de renforcement des capacités et de production, en capitalisant sur les nouvelles opportunités de commerce régional créées par la ZLECAf. Dans le contexte du programme, des notes de synthèse ont été rédigées sur la base d'études approfondies sur la facilitation du commerce et les mesures non tarifaires, les mesures sanitaires et phytosanitaires et les obstacles techniques au commerce. Cette note politique examine le rôle de la ZLECAf dans la résolution des problèmes de facilitation du commerce liés au genre auxquels sont confrontées les femmes agripreneurs et commerçantes d'Afrique subsaharienne.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Centrage sur la gouvernance pour une amélioration de l’appui aux politiques et de l’assistance technique
    Document cadre sur la gouvernance et l'appui aux politiques
    2022
    Centrage sur la gouvernance pour une amélioration de l’appui aux politiques et de l’assistance techniquet. Il reste huit ans pour atteindre les ODD. La transformation des systèmes agroalimentaires s’impose de toute urgence si l’on veut obtenir des résultats en matière de durabilité, de résilience, de sécurité alimentaire et de nutrition dans un monde post-COVID. La transition souhaitée n’est possible qu’en renforçant et en exploitant les connaissances, l’expérience, les compétences et les capacités d’action collective d’une grande variété d’acteurs publics et privés dont les intérêts, les besoins, les ressources, l’influence et les capacités diffèrent. La «gouvernance» est la capacité multidimensionnelle qui permet une action collective efficace et inclusive à tous les niveaux. Dans de nombreux contextes nationaux, les goulets d’étranglement en matière de gouvernance sont responsables de l’écart existant entre les attentes politiques et les résultats sur le terrain. À titre d’exemple, une intervention parfaitement justifiée sur le plan économique échouera probablement si un puissant groupe d’intérêt la perçoit comme une menace ou si elle ne tient pas suffisamment compte des intérêts dudit groupe. La compréhension de la gouvernance (institutions et économie politique) sous-jacente aux systèmes alimentaires et agricoles existants peut donc déterminer le succès ou l’échec d’un appui aux politiques ou d’une assistance technique. Rassemblant des informations puisées dans la riche expérience de la FAO, dans les connaissances de l’Organisation et dans la littérature mondiale, ce document décrit un cadre opérationnel en quatre phases pour l’analyse de la gouvernance et des actions, et son intégration dans la formulation et la mise en oeuvre d’interventions aux niveaux national, régional et mondial. Il fournit également un examen des tendances récentes en s’appuyant sur l’avis d’experts en matière de gouvernance du développement durable, et met en avant les contributions de la FAO à la gouvernance à travers l’élaboration de concepts dans les domaines qui relèvent de son mandat. Le recours accru à l’analyse de la gouvernance dans le travail de la FAO stimulera des processus itératifs d’apprentissage collectifs et l’évaluation honnête du potentiel de changement, substituant ainsi aux solutions techniques des approches fondées sur une compréhension solide des réalités pratiques et politiques du terrain. Avec son accent sur l’apprentissage et l’adaptation permanents, l’analyse de la gouvernance permettra à la FAO d’améliorer l’efficacité de l’appui aux politiques et de l’assistance technique qu’elle dispense à ses Membres en en vue d’obtenir des résultats en matière de développement qui ne laissent personne pour compte.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.