Thumbnail Image

SMIAR Alerte spéciale N° 343 - Afrique australe - 26 février 2018

Des pluies irrégulières et une période prolongée d’absence de précipitations en janvier réduisent les perspectives concernant la production céréalière en 2018












Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Journal, magazine, bulletin
    Bulletin de Suivi et analyse des prix alimentaires (FPMA) #3 FR, 13 avril 2022
    Rapport mensuel sur les tendances des prix alimentaires
    2022
    Also available in:
    No results found.

    Les prix internationaux du blé et des céréales secondaires ont augmenté en mars, la réduction des exportations en provenance de la Fédération de Russie et de l’Ukraine ayant aggravé la situation déjà précaire des disponibilités mondiales. Les tendances ont été contrastées dans les différents segments du marché du riz, mais dans l’ensemble, les prix ont peu évolué en mars. Dans la majeure partie des pays d’Afrique de l’Ouest, les prix des céréales secondaires ont continué d’augmenter et ont atteint des valeurs sensiblement plus élevées qu’un an plus tôt, en raison du recul des échanges commerciaux transfrontaliers et de la hausse des prix internationaux du maïs. Les prix ont également été soutenus par les récoltes réduites rentrées au Sahel ainsi que par la vigueur de la demande d’exportation dans les pays côtiers. En Afrique de l’Est, les prix des céréales secondaires sont restés stables ou ont augmenté en mars, et se sont établis dans l’ensemble à des niveaux nettement supérieurs à ceux observés un an auparavant. Les prix sont restés à des niveaux exceptionnellement élevés au Soudan du Sud et au Soudan. En Extrême-Orient, au Sri Lanka, les prix du riz et de la farine de blé ont continué d’augmenter en mars et ont atteint de nouveaux sommets sous l’effet d’une dépréciation de la monnaie nationale et en raison des récoltes «Maha» inférieures à la moyenne rentrées en 2022. S’agissant du blé, les prix ont également été soutenus par la fermeté des cours sur les marchés internationaux. En Amérique du Sud, les prix du blé ont continué d’augmenter en mars et se sont établis à des niveaux supérieurs de 25 à 75 pour cent à ceux de l’an dernier; dans certains pays, ils ont même atteint des niveaux record. La cherté du blé est liée à la vigueur de la demande internationale dans les pays exportateurs et au niveau élevé des cours internationaux dans les pays importateurs nets.
  • Thumbnail Image
    Newsletter
    SMIAR Alerte Spéciale n° 352 - Afrique australe, 23 avril 2024
    La sécheresse associée à El Niño devrait provoquer une contraction de la production céréalière et une augmentation des besoins d’importation
    2024
    Also available in:

    La sécheresse associée à El Niño a provoqué de graves dommages et un flétrissement généralisé des cultures en Afrique australe, où les récoltes de 2024 sont désormais prévues à des niveaux inférieurs à la moyenne. Les besoins d’importation devraient fortement augmenter et les approvisionnements devraient être assurés par des pays extérieurs à la région de l'Afrique australe. L’insécurité alimentaire aiguë pourrait s’aggraver en 2024/25.
  • Thumbnail Image
    Journal, magazine, bulletin
    Bulletin de Suivi et analyse des prix alimentaires (FPMA) #4 FR, 11 mai 2022
    Rapport mensuel sur les tendances des prix alimentaires
    2022
    Also available in:
    No results found.

    Les prix internationaux des céréales secondaires ont chuté en avril, les récoltes de maïs en Argentine et au Brésil ayant contribué à atténuer les pressions sur les marchés du maïs. En revanche, les prix du blé ont augmenté, la situation de l’offre mondiale est en effet restée précaire compte tenu de la baisse significative des exportations en provenance d’Ukraine, où la guerre qui fait rage entrave les filières d’exportation. S’agissant du riz, la forte demande asiatique et les aléas météorologiques dans les Amériques ont fait grimper les prix internationaux en avril. En Afrique de l’Ouest, les prix des céréales secondaires ont atteint des niveaux record dans plusieurs pays, soutenus par une augmentation saisonnière de la demande, un recul des flux commerciaux transfrontaliers et une hausse des prix internationaux des matières premières. Les conflits dans le Sahel et la faiblesse des monnaies dans les pays côtiers ont accru les pressions à la hausse sur les prix intérieurs. En Afrique de l’Est, les prix des céréales secondaires sont restés fermes ou ont de nouveau augmenté en avril et se sont maintenus à des niveaux nettement supérieurs à ceux observés un an plus tôt dans la sous-région. Les prix sont restés à des niveaux exceptionnellement élevés au Soudan du Sud et au Soudan. En Extrême-Orient, au Sri Lanka, les prix du riz et de la farine de blé ont encore augmenté en avril et ont atteint de nouveaux sommets, en raison principalement des répercussions de la dépréciation rapide de la monnaie et des récoltes «Maha» inférieures à la moyenne rentrées en 2022. En Amérique du Sud, en avril, les prix du blé sont restés sensiblement plus élevés qu’un an auparavant et ont même atteint des niveaux records dans certains pays, en raison de la vigueur de la demande internationale dans les pays exportateurs et des cours internationaux élevés dans les pays importateurs nets.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.