Thumbnail Image

Protection sociale des artisans pêcheurs de la région méditerranéenne

Document d'orientation










Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Rapport sur la protection sociale et les pêcheries artisanales dans la région de la Méditerranée
    Une revue
    2020
    Also available in:

    La pêche à petite échelle c’est un segment clé dans la région de la Méditerranée et de la mer Noire. Par ailleurs, elle représente la majeure partie de la flotte de la région et plus de la moitié du total des travailleurs employés dans le secteur. Malgré le rôle clé que la protection sociale peut jouer dans la réduction de la pauvreté et de la vulnérabilité des pêcheurs, la protection sociale n’atteint souvent pas le secteur de la pêche artisanale. Cette étude promue par la FAO et la CGPM a passé en revue les systèmes de protection dans cinq pays de la Méditerranée (Albanie, Égypte, Liban, Maroc et Tunisie). Elle identifie les conditions et les vulnérabilités des pêcheurs, ainsi que les bonnes pratiques en matière de fourniture de programmes et de politiques de protection sociale, et propose des recommandations pour améliorer la couverture et la prestation efficace des programmes de protection sociale pour les petits pêcheurs de la région.
  • Thumbnail Image
    Book (series)
    La Valeur des Pêches Africaines
    FAO, Circulaire sur les pêches et l’aquaculture No.1093
    2014
    Also available in:

    L'étude «La valeur des pêches africaines» a été réalisée dans le cadre du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), Programme poisson du NEPAD et de la FAO (NFFP), financé par l'Agence suédoise de coopération internationale au développement (ASDI). Son but était d'estimer la contribution au produit intérieur brut (PIB) national et agricole et les emplois générés par le secteur de la pêche tout entier, défini comme englobant les pêches de capture continentales et marines, le s activités après capture, les concessions de licences aux flottes locales et l'aquaculture. Des renseignements ont été fournis par 42 experts de 23 pays (plus de 40 pour cent de tous les États africains) collaborant à cette étude. Afin d’obtenir des chiffres indicatifs pour l'ensemble du continent, les données provenant des pays de l’échantillon ont été analysées et calibrées pour extrapoler des valeurs pour les pays non-échantillonnés, qui étaient classés en groupes séparés pour les pêches con tinentales, les pêches marines et l'aquaculture selon leur situation géographique ou leur productivité. La valeur ajoutée par l’ensemble du secteur de la pêche, en 2011, est estimée à plus de 24 milliards de $EU, soit 1,26 pour cent du PIB de tous les pays africains. Les chiffres détaillés par sous-secteur font ressortir l’importance de la pêche artisanale marine et des traitements connexes, ainsi que de la pêche continentale, qui contribuent à un tiers du total des captures dans les pays africa ins. L'aquaculture continue de se développer en Afrique et est principalement concentrée dans quelques pays mais produit déjà une valeur estimée à presque 3 milliards de $EU chaque année. L’accès aux données sur les droits de licence versés par les flottes étrangères n'étant pas toujours facile pour les experts nationaux qui participent à cette étude, une tentative a été faite pour estimer la valeur des accords de pêche entre les pêcheurs pratiquant la pêche hauturière (PPPH) dans les zones écon omiques exclusives des États africains. Étant donné que 25 pour cent de toutes les captures marines sur le pourtour du continent africain sont à ce jour effectuées par des pays non africains, si ces captures revenaient aux États africains, en théorie, elles pourraient générer une valeur supplémentaire de 3,3 milliards de $EU, soit 8 fois plus que le 0,4 milliard de $EU que les pays africains retirent actuellement des accords de pêche. Selon les nouvelles estimations produites par l'étude, le sec teur de la pêche pris dans sa totalité emploie 12,3 millions de pêcheurs à plein temps ou de transformateurs des produits de la pêche à plein temps et à temps partiel, ce qui représente 2,1 pour cent de la population africaine âgée de 15 à 64 ans. Les pêcheurs représentent la moitié des travailleurs du secteur, 42,4 pour cent sont des transformateurs et 7,5 pour cent sont employés dans le secteur aquacole. Environ 27,3 pour cent des individus engagés dans la pêche et l'aquaculture sont des femme s, avec des différences très nettes dans leur répartition, pêcheurs (3,6 pour cent), transformateurs (58 pour cent) et pisciculteurs (4 pour cent).
  • Thumbnail Image
    Document
    Directives volontaires visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l’éradication de la pauvreté. Présentation 2015
    Les Directives volontaires visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l’éradication de la pauvreté (Directives SSF) est le premier instrument international entièrement dédié au très important – mais jusqu’à présent souvent négligé – secteur de la pêche artisanale. Les Directives SSF représentent un consensus mondial sur les principes et les directives pour la gouvernance et le développement de la pêche artisanale. Processus soutenu par la FAO, elles ont été élaborées pour la pêche artisanale, en étroite collaboration avec les représentants des petites organisations de pêche. Elles s’adressent à tous les acteurs impliqués dans le secteur et cherchent à orienter et à encourager les gouvernements, les communautés de pêcheurs et les autres parties prenantes à travailler ensemble et et à rendre sûre et durable la pêche artisanale, cela au profit des petits pêcheurs, de l’ensemble des travailleurs du secteur et de leurs communautés ainsi que de la société dans sa globalité

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.