Thumbnail Image

Les droits humains - une stratégie pour la lutte contre la faim

Fiche d’information 2










Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Book (series)
    L'état de l'insecirité alimentaire dans le monde 2012
    La croissance économique est nécessaire mais elle n'est pas suffisante pour accélérer la réduction de la faim et de la malnutrition
    2012
    L'état de l'insécurité alimentaire dans le monde 2012 présente de nouvelles estimations de la sous-alimentation, calculées au moyen d’une méthode révisée et améliorée. D’après ces nouvelles estimations, la lutte contre la faim menée ces vingt dernières années a donné de meilleurs résultats que ce que l'on pensait. Si l’on redouble d'efforts, la cible correspondante des Objectifs du Millénaire pour le développement pourrait être atteinte au niveau mondial d'ici à 2015. Le nombre de personnes qui souffrent de sous-alimentation chronique reste cependant à un niveau inacceptable et l'éradication de la faim demeure un enjeu mondial majeur. Cette année, le rapport montre aussi en quoi la croissance économique contribue à la lutte contre la sous-alimentation. La croissance est un outil efcace de lutte contre la pauvreté et la faim dès lors qu’elle crée des emplois et des sources de revenus dont les pauvres peuvent proter. Une croissance agricole durable, en particulier, a souvent des ret ombées sur les pauvres, parce que la plupart de ceux qui sont touchés par la pauvreté et la faim vivent en zone rurale, en grande partie de l'agriculture. La croissance ne contribuera pas pour autant à améliorer la nutrition pour tous. Pour qu’elle y contribue, les politiques et les programmes de croissance doivent aussi promouvoir la diversication de l'alimentation, l'accès à l'eau potable, à l'assainissement et aux services de santé, et l'éducation des consommateurs en matière de nutrition et de soins aux enfants. Il faut du temps pour que la croissance économique atteigne les pauvres et, parfois, elle n’arrive jamais jusqu’aux plus pauvres. Il est donc crucial de recourir à des mécanismes de protection sociale pour éliminer la faim aussi rapidement que possible. D’ailleurs, s'ils sont bien conçus, de tels mécanismes favorisent aussi la croissance économique, car ils permettent d’accroître le capital humain et aident les agriculteurs à maîtriser sufsamment les risques pour être en mesure d'adopter des techniques modernes. Enn, pour que la lutte contre la faim progresse rapidement, les gouvernements doivent fournir les biens et les services publics essentiels, dans le cadre d'un système de gouvernance qui soit fondé sur la transparence, la participation, l'obligation de rendre des comptes, l'état de droit etle respect des droits de l'homme.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LA FAIM
    Une action sur deux fronts pour lutter contre la faim: les mesures à prendre en priorité dans les pays et au niveau international
    2003
    Also available in:

    La production alimentaire mondiale est aujourd’hui largement suffisante pour assurer à tous une alimentation adéquate, pourtant 840 millions de personnes – soit près d’une sur sept – ne mangent pas à leur faim. La plupart d’entre elles vivent en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne. Le fait que la faim soit aujourd’hui encore un problème de masse défie toute logique. A l’échelle mondiale, on dispose des techniques nécessaires pour que les agriculteurs continuent à produire des quantités excéd entaires de nourriture, raison pour laquelle, avec le changement rapide des habitudes alimentaires, l’obésité est aujourd’hui l’un des problèmes de santé dont l’incidence s’accroît le plus rapidement tant dans les pays riches que dans le monde en développement. Des systèmes d’information nous permettent de savoir où la nourriture manque, et nous disposons des moyens nécessaires pour transporter rapidement les vivres partout dans le monde. L’existence de la faim dans un monde d’abondance n’est pas seulement un scandale moral, c’est aussi le résultat de politiques économiques à courte vue. Ceux qui ne mangent pas à leur faim ne peuvent travailler correctement, ils étudient difficilement (si tant est qu’ils soient scolarisés), ils tombent facilement malades et meurent jeunes. La faim est un mal qui se transmet de génération en génération, car les mères sous-alimentées donnent le jour à des enfants malingres dont les capacités physiques et mentales sont amoindries. La productivité des in dividus, mais aussi la croissance de nations tout entières sont sévèrement compromises par la faim généralisée. La faim engendre le désespoir, et les personnes affamées sont la proie facile de ceux qui cherchent à imposer leur pouvoir par le crime, la force ou la terreur, déstabilisant les nations et la planète. Il est donc dans l’intérêt de chacun, riche ou pauvre, de combattre la faim.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Le droit à une alimentation adéquate au sein du Cadre stratégique mondial pour la sécurité alimentaire et la nutrition – Un consensus global 2014
    Le Cadre stratégique mondial pour la sécurité alimentaire et la nutrition (CSM) est le premier cadre adopté par consensus des gouvernements qui intègre méthodiquement le droit à une alimentation adéquate et les droits humains au sein de politiques pertinentes pour la sécurité alimentaire et la nutrition aux niveaux global, régional et national. Le CSM requiert des parties prenantes qu’elles mettent en œuvre et assurent la cohérence de ces politiques ayant trait au droit à une alimentation adéqua te. Cette publication documente le consensus obtenu dans le cadre du CSM à l’égard de recommandations particulièrement pertinentes d’une perspective du droit à l’alimentation. Elle se base fortement sur un vocabulaire accepté par le CSM pour le travail de sensibilisation et d’information. Elle offre également d’importantes recommandations destinées aux parties prenantes afin de traduire ce consensus global en actions pratiques au niveau national, notamment par la présentation d’une variété d’expériences et d’études de cas qui démontrent l’importance d’une approche basée sur les droits humains pour la sécurité alimentaire et la nutrition. De plus, la publication présente des recommandations concrètes formulées dans le CSM afin de mettre en œuvre des politiques précises destinées pour des groupes vulnérables ou des enjeux particuliers. La publication conclue en soulignant trois domaines où le CSM est particulièrement important d’un point de vue des droits humains : sa contribution à la compréhension de la primauté des droits humains dans le domaine des politiques pertinentes pour la sécurité alimentaire et la nutrition; sa contribution à la cohérence des droits humains au sein des actions pour la sécurité alimentaire et la nutrition; et son emphase sur le renforcement des mécanismes de suivi et de reddition de comptes basés sur les droits humains.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.