Thumbnail Image

Les sols stockent l’eau et la filtrent

Renforcer la sécurité alimentaire et notre capacité de résistance aux inondations et à la sécheresse







Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Infographic
    Les sols stockent et filtrent l'eau 2015
    L’approvisionnement en eau propre et la résistance aux inondations et à la sécheresse ne peuvent se concevoir en l’absence de sols fonctionnels. Le sol piège en effet les polluants contenus dans l’eau d’infiltration et les empêche d’atteindre l’eau souterraine. De plus, il recueille l’eau, la stocke et permet donc son absorption par les cultures, ce qui a pour effet de réduire l’évaporation en surface au strict minimum et d’optimiser l’utilisation et la productivité de l’eau.Des sols sains à ten eur élevée en matière organique sont à même de stocker d’importantes quantités d’eau.
  • Thumbnail Image
    Project
    Mise en oeuvre du Programme 2030 pour l’efficience, la productivité et la durabilité de l’eau au Proche-Orient et en Afrique du Nord - GCP/RNE/009/SWE 2023
    Also available in:

    Le Programme 2030 vise la sécurité de l’eau pour tous, notamment à travers la réalisation de l’ODD 6 (Eau propre et assainissement) et de ses cibles. La réalisation de cet objectif est particulièrement difficile au Proche-Orient et en Afrique du Nord, où l’eau a toujours été rare. Ces dernières années, le problème a été aggravé par l’augmentation de la population et les effets du changement climatique. Le projet a été conçu pour faciliter la croissance durable dans la région grâce à une utilisation sûre de l’eau. Pour ce faire, un cadre adaptatif a été mis en place pour: i) la gestion et la répartition des ressources en eau; ii) l’examen des politiques de l’eau, de la sécurité alimentaire et de l’énergie, ainsi que de leurs liens; iii) la formulation de stratégies et de plans d’investissement; iv) la modernisation de la gouvernance et des institutions; v) la comptabilité et le suivi des flux d’eau de surface et d’eau souterraine; vi) l’adoption de bonnes pratiques agricoles (BPA).
  • Thumbnail Image
    Project
    Renforcement de la gestion des ressources en eau transfrontalières sur le bassin du fleuve Sénégal - TCP/INT/3602 2020
    Also available in:
    No results found.

    Dans une grande partie de l’Afrique subsaharienne, les moyens d’existence dépendent de l’agriculture pluviale, un faible pourcentage de terres arables bénéficiant de l’irrigation. Le développement agricole est freiné par les pressions exercées sur les terres, notamment par la croissance démographique rapide, les migrations, les déplacements causés par des conflits localisés, la volatilité des prix, la désertification et les inondations. La diminution des ressources en terres et en eau due à l’érosion et à la demande croissante en nourriture, fourrage, bois et eau a conduit à une généralisation de la pauvreté, en particulier dans les zones rurales. Le bassin du fleuve Sénégal s’étend sur les territoires de la Guinée, du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal. La pauvreté reste élevée dans cette région, avec une qualité de vie parmi les moins bonnes du continent. Les scores de l’Indice de développement humain (IDH) de ces quatre pays les placent dans le dernier quart des classements mondiaux. Les initiatives conduites par la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) aux niveaux régional et national, ainsi que par l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) au niveau du bassin ont contribué à accroître la résilience des populations du bassin face à la sécheresse et aux incertitudes climatiques et à améliorer leurs moyens d’existence. L’OMVS constitue un bon exemple d’un partage équitable des ressources en eau réalisé à travers des activités de développement et de gestion menées par les États faisant partie d’un bassin fluvial transfrontalier.Le projetvisaità renforcerces efforts. Dans le bassin du fleuve Sénégal, l’eau est partagée entre les différents secteurs liés aux moyens d’existence dans la région, c’est-à-dire les zones agricoles et agro-pastorales, les zones de pêche, l’approvisionnement en eau des municipalités et l’hydro-électricité. Dans les pays riverains, la pénurie en eau est principalement liée à un manque d’infrastructures et à l’incapacité d’accéder à une grande partie de l’eau disponible, plutôt qu’à une réelle insuffisance des ressources. Le niveau d’utilisation de l’eau le long du fleuve Sénégal étant relativement faible, la mise en place d’infrastructures d’approvisionnement devrait permettre une utilisation accrue des ressources disponibles et contribuer à réduire les pénuries.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.