Thumbnail Image

Stratégie et vision de la FAO pour ses activités en matière de nutrition








Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Meeting
    Grandes lignes et feuille de route de la stratégie de la FAO en matière de science et d’innovation
    Conférence Régionale de la FAO pour L’Asie et le Pacifique (APRC 36)
    2022
    Lors de leurs récentes sessions, les organes directeurs de la FAO ont insisté sur l’importance de la science et de l’innovation. La Conférence de la FAO, à sa quarante-deuxième session, a souligné combien la science et l’innovation jouaient un rôle important dans toutes les activités de l’Organisation. Le Conseil de la FAO, à sa cent soixante-sixième session, a approuvé le Cadre de référence de la Plateforme internationale pour l’alimentation et l’agriculture numériques. Toutes les conférences régionales avaient inscrit à l’ordre du jour de leur session de 2020 des points portant sur l’innovation. Le Comité de l’agriculture, à sa vingt-septième session (2020), a encouragé la FAO à prendre en compte les petits agriculteurs dans une stratégie axée sur l’innovation. Pour relever le défi consistant à tirer le meilleur parti de la science et de l’innovation, le Directeur général de la FAO a demandé que soit élaborée une stratégie ciblée visant à assurer l’orientation, la cohérence et l’alignement de manière à obtenir des résultats au niveau des pays grâce à un meilleur usage de la science et de l’innovation. Une consultation informelle des Membres a été organisée le 21 septembre 2021. Le présent document expose les grandes lignes et la feuille de route qui sont proposées pour la stratégie de la FAO en matière de science et d’innovation.
  • Thumbnail Image
    Book (series)
    Rapport de la trentième session du Comité des pêches
    Rome, 9–13 juillet 2012.
    2012
    La trentième session du Comité des pêches s’est tenue à Rome (Italie) du 9 au 13 juillet 2012. Le Comité a examiné les questions présentant un caractère international et le programme de la FAO relatif aux pêches et à l’aquaculture et les aspects connexes de mise en œuvre. Tout en soulignant la valeur particulière de «La situation mondiale des pêches et de l’aquaculture» en tant que publication phare, le Comité a recommandé que la FAO fournisse un appui accru aux pays en ce qui concerne la collec te et le contrôle de la qualité des données et qu’elle envisage de simplifier la classification de l’état des stocks. Il a indiqué qu’il était très favorable aux normes du Code de conduite pour une pêche responsable et de ses instruments connexes et il est convenu qu’il fallait s’efforcer davantage de favoriser leur accessibilité et l’efficacité de leur mise en application. Le Comité a souscrit à l’élaboration de directives concernant les pratiques optimales de nature à assurer la traçabilité. I l a confirmé qu’il était favorable à la collaboration de la FAO avec la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) et l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Il a de nouveau demandé qu’une aide supplémentaire soit consentie pour le développement de l’aquaculture en Afrique et dans les petits États insulaires en développement. Le Comité a demandé à la FAO d’élaborer un cadre d’évaluation de la conformité pour les directives en matière de certification de l’aquaculture, ainsi qu’un projet de stratégie contenant un plan stratégique à long terme pour le Sous-Comité de l’aquaculture et a souligné les futurs travaux qu’il était particulièrement nécessaire de mener. Le Comité a demandé instamment à la FAO de mettre davantage l’accent sur le poisson de consommation, de faire en sorte que ces aspects soient bien pris en compte dans les cadres mondiaux et régionaux de conservation et de gestion des océans et d’affirmer son rôle de chef de file de la gouvernance des océans pour ce qui était des pêches et de l’aquaculture. Le Comité a demandé à la FAO de s’occuper de la question des gisements d’hydrocarbures dans les océans et d’évaluer les risques éventuels que comportait leur exploitation. Il a demandé que soit mise en place une consultation permanente de l’ensemble des parties prenantes pour l’élaboration des Directives internationales visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale et il a reconnu la néces sité d’élaborer et de mettre en œuvre des stratégies d’application des Directives. Il est convenu que la pêche illicite, non déclarée et non réglementée demeurait un problème persistant et pressant qui avait des effets négatifs sur la durabilité de la pêche et de la sécurité alimentaire. Le Comité a approuvé le mandat du Groupe de travail ad hoc pour l’Accord de la FAO de 2009 sur les mesures du ressort de l’État du port. Il a demandé que se tienne la deuxième réunion de reprise des travaux de l a consultation technique sur le projet de critères d’évaluation de la conduite de l’État du pavillon. Le Comité a confirmé qu’il était favorable au Fichier mondial des navires de pêche, des navires de transport frigorifique et des navires de ravitaillement. Il est convenu que la FAO devrait faire particulièrement porter ses efforts sur les défis qui relèvent de son mandat essentiel et unir ses efforts à ceux de partenaires, dans de meilleures conditions de coordination et il a demandé instamment à la FAO de faire en sorte que les priorités retenues en matière de pêche et d’aquaculture soient prises en compte dans les objectifs stratégiques. Le Comité a adopté son Règlement intérieur révisé et les modifications connexes des pratiques actuelles. Il a également approuvé son programme de travail pluriannuel pour 2012–2015.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Réforme de la FAO: Une organisation tournée vers l'avenir 2013
    Le processus de réforme a permis de tirer un certain nombre d’enseignements précieux pour l’avenir de la FAO. Nous avons appris que la définition des grandes orientations et des stratégies à long terme est d’autant plus efficace qu’elle s’appuie sur des débats participatifs reposant sur un dialogue ouvert et sincère. Nous avons appris la valeur de la flexibilité et que dans une organisation qui compte plus de 190 Membres, il n’est pas possible de trouver des solutions «unive rselles» aux problèmes, car la meilleure solution à un problème qui se pose dans un lieu ou à un stade de développement peut être un carcan dans un autre environnement. Nous avons appris que l’on peut souvent trouver la meilleure solution en choisissant l’alternative la mieux adaptée à chaque cas particulier et que la flexibilité est un facteur clé du succès pour définir, planifier et mettre en œuvre les priorités à tous les niveaux. Nous avons apprécié la contribution impor tante des représentants des États membres à l’amélioration de la FAO. Nous avons appris l’importance d’établir une distinction entre capacité de direction et gestion, sachant que les organes directeurs fournissent une direction claire au niveau des grandes orientations, lesquelles sont ensuite mises en œuvre par le Directeur général, qui est comptable de ses actions devant ces mêmes organes directeurs. Nous savons aussi qu’il s’agit seulement d’une première étape du renouvea u de la FAO et que les changements accomplis dans cette voie sont encore balbutiants. Nous devons les appuyer et faire en sorte qu’ils deviennent une partie intégrante de notre Organisation afin qu’ils portent leurs fruits Le changement transformationnel est un bon exemple à cet égard. Il s’agit en effet de transformer l’Organisation en profondeur en renforçant sa structure organisationnelle au siège et sur le terrain, afin que la FAO devienne une organisation véritablement détentrice de connaissances et en prise sur la réalité, en recherchant constamment la plus grande efficacité et l’utilisation optimale des ressources, en recentrant ses activités sur un petit nombre d’objectifs transversaux qui montrent clairement ce que l’Organisation prévoit de réaliser et comment, en tirant le meilleur parti de ses avantages comparatifs et de ses fonctions essentielles, et en travaillant avec des partenaires au sein et en dehors du système des Nations Unies. Ce changement transformationnel s’appuie sur la confiance renouvelée entre les Membres et le Secrétariat et contribue lui-même à renforcer cette confiance. Profondément transformée, l’Organisation peut ainsi proposer et exécuter un programme de mesures audacieuses visant à l’éradication de la faim, de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.