Thumbnail Image

Évaluation de l’avantage comparatif pour l’aquaculture: cadre d’évaluation et application à certaines espèces dans les pays en voie de développement.










Cai, J.; Leung, P.; Hishamunda, N. Évaluation de l’avantage comparatif pour l’aquaculture: cadre d’évaluation et application à certaines espèces dans les pays en voie de développement.FAO Document technique sur les pêches et l’aquaculture. No. 528. Rome, FAO. 2011. 77p.


Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Book (series)
    La Situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture 2023
    Pour une transformation des systèmes agroalimentaires: connaître le coût véritable des aliments
    2023
    Les systèmes agroalimentaires offrent à la société des avantages considérables: ils produisent les aliments dont nous nous nourrissons et procurent des emplois et des moyens d’existence à plus d’un milliard de personnes. Or ils ont aussi des incidences négatives, liées aux activités et pratiques non durables actuelles, qui contribuent au changement climatique, à la dégradation des ressources naturelles et à l’inaccessibilité économique d’une alimentation saine. Il est difficile de remédier à ces incidences négatives car les individus, les entreprises, les gouvernements et les autres parties prenantes, lorsqu’ils prennent des décisions au quotidien, n’ont pas une vue complète de l’impact de leurs activités sur la durabilité économique, sociale et environnementale. Dans l’édition 2023 de La Situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture nous examinons le coût véritable des aliments, avec en ligne de mire l’instauration de systèmes agroalimentaires durables. Le rapport introduit la notion de coûts et d’avantages environnementaux, sociaux et sanitaires cachés des systèmes agroalimentaires et propose une approche – la comptabilisation du coût complet (l’approche CCC) – pour évaluer les coûts cachés. L’approche CCC s’inscrit dans un processus d’évaluation en deux phases qui comporte, dans un premier temps, des évaluations au niveau national fondées sur la comptabilisation du coût complet, dont le but est de sensibiliser, et dans un deuxième temps, des évaluations ciblées approfondies, dont le but est de hiérarchiser les solutions et de guider les mesures de transformation. La présente édition contient une première tentative d’évaluation au niveau national, réalisée pour 154 pays, d’où il ressort que les coûts cachés des systèmes agroalimentaires s’élèveraient, au niveau mondial, à 10000 milliards d’USD au moins, en parité de pouvoir d’achat (PPA) de 2020. D’après les estimations, les pays à faible revenu sont ceux pour qui les coûts cachés des systèmes agroalimentaires représentent la charge la plus lourde par rapport au revenu national. Certes, ces estimations sont encore préliminaires, mais l’analyse montre bien qu’il est urgent de prendre en considération les coûts cachés dans les processus décisionnels, afin de transformer les systèmes agroalimentaires. Pour appliquer plus largement l’approche CCC il faudra innover dans la recherche et les données, et investir dans la collecte de données et le renforcement des capacités, en particulier dans les pays à faible revenu et les pays à revenu intermédiaire, afin que cette approche devienne un outil viable qui puisse être utilisé de manière transparente et cohérente pour la prise de décision et l’élaboration des politiques.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    L’intersection entre les conditions socio-économiques et la radicalisation des jeunes - Implications pour la programmation dans les pays du G5 Sahel 2022
    Also available in:

    Cette étude de la FAO-ODI fournit une analyse factuelle des moteurs de la radicalisation des jeunes au Sahel et explique ce que cela signifie pour la formulation de programmes visant à répondre à cette préoccupation. Des ressources ont été investies pour tenter de s'attaquer aux facteurs sous-jacents de la radicalisation des jeunes, souvent par le biais de programmes portant le label «Lutter contre l’extrémisme violent» " (Countering Violent Extremism - CVE) ou « Prévention de l’extrémisme violent » (Prevention of Violent Extremism - PVE). Ces approches tendent à classer les individus « à risque » en fonction de certains profils socio-économiques. En particulier, lier à la fois la pauvreté et le chômage à la radicalisation a été une hypothèse populaire chez les décideurs politiques. Cela est basé sur des arguments selon lesquels la pauvreté et le chômage génèrent des motivations basées sur les griefs et réduisent le coût d’opportunité pour s’engager dans la violence politique. En réponse à cette hypothèse, les programmes de prévention et de lutte contre la criminalité incluent souvent la mise en place d’alternatives économiques et de formations qualifiantes dans le but de dissuader les jeunes de rejoindre les groupes armés. Cependant, les conclusions de ce rapport remettent en question ce cadre. Sur la base d’un examen de plus de 50 études sur la radicalisation au Sahel et des preuves de la mise en oeuvre de programmes P/CVE dans la région, il a été estimé que les moteurs de la radicalisation dans la région sont géographiquement spécifiques et doivent donc être considérés dans l'espace, plutôt que de chercher à produire un profil « type » des jeunes qui sont vulnérables à la radicalisation. Ce rapport vise non seulement à découvrir comment les conditions socio-économiques interagissent avec les dynamiques politiques pour produire des environnements propices à la radicalisation des jeunes, mais aussi à fournir des recommandations sur la façon dont la FAO peut adapter les programmes d’emploi régionaux afin qu’ils contribuent à réduire la radicalisation.
  • Thumbnail Image
    Book (series)
    La situation des marchés des produits agricoles 2022
    La géographie du commerce alimentaire et agricole: quelles politiques pour un développement durable?
    2022
    L’édition 2022 de La situation des marchés des produits agricoles examine de quelle façon les politiques commerciales fondées sur des approches multilatérales et des approches régionales peuvent permettre de relever les défis actuels du développement durable. Les politiques commerciales relatives à l’alimentation et à l’agriculture doivent avoir pour finalité de protéger la sécurité alimentaire au niveau mondial, d’aider à concilier les objectifs économiques et les objectifs environnementaux, et de renforcer la résilience du système agroalimentaire mondial face aux chocs tels que les conflits, les pandémies et les phénomènes météorologiques extrêmes. Le rapport examine la géographie du commerce international, au moyen d’une analyse portant sur les échanges de produits alimentaires et agricoles, leur configuration entre les pays et les régions, les facteurs qui les influencent et le cadre dans lequel ils s’inscrivent sur le plan des politiques commerciales. Les avantages comparatifs, les politiques commerciales et le coût des échanges conditionnent la structure du commerce alimentaire et agricole. Lorsque l’avantage comparatif entre en jeu sur le marché mondial, le commerce profite à tous les pays. La réduction des obstacles tarifaires et du coût des échanges peut avoir pour effet de stimuler le commerce et la croissance économique. Les accords commerciaux aussi bien multilatéraux que régionaux peuvent contribuer à faire du commerce un levier de croissance, mais les gains obtenus se répartissent de manière inégale. Face aux impacts environnementaux mondiaux, tels que le changement climatique, une approche multilatérale du commerce peut contribuer à étendre la portée des mesures d’atténuation.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.