Thumbnail Image

Renforcement de la phoeniciculture et de la production de dattes en Namibie - UTF/NAM/004/NAM









Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Brochure, flyer, fact-sheet
    Support transversal de l'UE à la mise en oeuvre dans les pays - Éthiopie
    Soutien à l’investissement agricole responsable (S2RAI) en Éthiopie
    2020
    Also available in:

    L’Éthiopie est régulièrement exposée à l’insécurité alimentaire et souffre de graves sécheresses ainsi que de déficits alimentaires. Le Gouvernement éthiopien s’efforce d’accroître la production agricole par le biais de la modernisation et de la commercialisation du secteur agricole. Le Programme de l’Union Europeenne sur la gouvernance foncière - mise en oeuvre par pays (PUEGF MP (EULGP CI pour ses sigles en anglais)) apporte un appui au Gouvernement éthiopien afin de remédier aux problèmes susmentionnés. L’objectif général est de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle en encourageant la sécurisation des régimes fonciers et les investissements agricoles responsables. Le PUEGF MP vise à créer un environnement transparent et propice à des investissements agricoles responsables (RAI), tout en garantissant les droits de la population. Un tel environnement garantira que les investissements agricoles réussissent à produire les effets de développement souhaités et à éviter les impacts négatifs sur les personnes et la nature environnante.
  • Thumbnail Image
    Book (series)
    Rapport de la trentième session du Comité des pêches
    Rome, 9–13 juillet 2012.
    2012
    La trentième session du Comité des pêches s’est tenue à Rome (Italie) du 9 au 13 juillet 2012. Le Comité a examiné les questions présentant un caractère international et le programme de la FAO relatif aux pêches et à l’aquaculture et les aspects connexes de mise en œuvre. Tout en soulignant la valeur particulière de «La situation mondiale des pêches et de l’aquaculture» en tant que publication phare, le Comité a recommandé que la FAO fournisse un appui accru aux pays en ce qui concerne la collec te et le contrôle de la qualité des données et qu’elle envisage de simplifier la classification de l’état des stocks. Il a indiqué qu’il était très favorable aux normes du Code de conduite pour une pêche responsable et de ses instruments connexes et il est convenu qu’il fallait s’efforcer davantage de favoriser leur accessibilité et l’efficacité de leur mise en application. Le Comité a souscrit à l’élaboration de directives concernant les pratiques optimales de nature à assurer la traçabilité. I l a confirmé qu’il était favorable à la collaboration de la FAO avec la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) et l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Il a de nouveau demandé qu’une aide supplémentaire soit consentie pour le développement de l’aquaculture en Afrique et dans les petits États insulaires en développement. Le Comité a demandé à la FAO d’élaborer un cadre d’évaluation de la conformité pour les directives en matière de certification de l’aquaculture, ainsi qu’un projet de stratégie contenant un plan stratégique à long terme pour le Sous-Comité de l’aquaculture et a souligné les futurs travaux qu’il était particulièrement nécessaire de mener. Le Comité a demandé instamment à la FAO de mettre davantage l’accent sur le poisson de consommation, de faire en sorte que ces aspects soient bien pris en compte dans les cadres mondiaux et régionaux de conservation et de gestion des océans et d’affirmer son rôle de chef de file de la gouvernance des océans pour ce qui était des pêches et de l’aquaculture. Le Comité a demandé à la FAO de s’occuper de la question des gisements d’hydrocarbures dans les océans et d’évaluer les risques éventuels que comportait leur exploitation. Il a demandé que soit mise en place une consultation permanente de l’ensemble des parties prenantes pour l’élaboration des Directives internationales visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale et il a reconnu la néces sité d’élaborer et de mettre en œuvre des stratégies d’application des Directives. Il est convenu que la pêche illicite, non déclarée et non réglementée demeurait un problème persistant et pressant qui avait des effets négatifs sur la durabilité de la pêche et de la sécurité alimentaire. Le Comité a approuvé le mandat du Groupe de travail ad hoc pour l’Accord de la FAO de 2009 sur les mesures du ressort de l’État du port. Il a demandé que se tienne la deuxième réunion de reprise des travaux de l a consultation technique sur le projet de critères d’évaluation de la conduite de l’État du pavillon. Le Comité a confirmé qu’il était favorable au Fichier mondial des navires de pêche, des navires de transport frigorifique et des navires de ravitaillement. Il est convenu que la FAO devrait faire particulièrement porter ses efforts sur les défis qui relèvent de son mandat essentiel et unir ses efforts à ceux de partenaires, dans de meilleures conditions de coordination et il a demandé instamment à la FAO de faire en sorte que les priorités retenues en matière de pêche et d’aquaculture soient prises en compte dans les objectifs stratégiques. Le Comité a adopté son Règlement intérieur révisé et les modifications connexes des pratiques actuelles. Il a également approuvé son programme de travail pluriannuel pour 2012–2015.
  • Thumbnail Image
    Project
    Appui à la production à grande echelle des vitroplants de palmier dattier - TCP/DJI/3703 2022
    Also available in:
    No results found.

    En raison de conditions pédo climatiques difficiles et des sécheresses récurrentes, Djibouti reste tributaire des pays limitrophes sur le plan alimentaire Face à ce défi majeur, le développement de l’agriculture oasienne de rente a été jugé hautement prioritaire dans le cadre de la stratégie de lutte contre la pauvreté et d’amélioration de la sécurité alimentaire Toutefois, l’indisponibilité en matériel végétal (plants dattiers) et l’absence de variétés à haute valeur marchande constituent d’importants obstacles au développement du palmier dattier dans le pays Dans ce contexte, le recours aux méthodes de multiplication végétative in vitro est la seule option permettant la multiplication en masse et la diffusion rapide de cultivars d’intérêt auprès des agriculteurs et des promoteurs privés du secteur Le projet visait par conséquent à renforcer les capacités du laboratoire de culture in vitro du Centre d’étude et de recherche de Djibouti afin de passer d’un stade pilote (recherche et développement) à celui d’une production à grande échelle de vitroplants de palmier dattier, avec un objectif de 10 000 vitroplants produits par année.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.