Thumbnail Image

L'évaluation de la sécurité sanitaire des aliments issus d'animaux génétiquement modifiés (y compris les poissons)












Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Document
    Consultation d'experts FAO-OMS sur l'évaluation de la sécurité sanitaire des aliments d'origine animale dérivés des biotechnologies. Rapport
    Genève, Suisse, 26 février – 2 mars 2007
    2007
    Also available in:

    Une réunion mixte d'experts FAO-OMS sur la sécurité sanitaire des aliments d'origine animale dérivés des biotechnologies s'est tenue au Siège de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), à Genève, du 26 février au 2 mars 2007. Cette réunion avait pour objectif d'apporter à la FAO, à l'OMS et à leurs États membres des avis scientifiques sur deux ensembles de questions concernant : 1) les gènes marqueurs et rapporteurs; et 2) les applications non héritables. Le Groupe spécial intergouvernemental du Codex sur les aliments dérivés des biotechnologies avait spécifiquement demandé des avis à ce propos. La présente Consultation s'est appuyée sur les conclusions et recommandations émises par la Consultation mixte d'experts FAO-OMS sur la sécurité sanitaire des aliments issus d'animaux génétiquement modifiés, y compris les poissons (FAO/OMS 2003). Nombre de gènes marqueurs (rapporteurs et de sélection) sont couramment employés sur les végétaux et les animaux de laboratoire, et désormais dans l es produits alimentaires d'origine animale. On utilise aujourd'hui quelques gènes marqueurs et rapporteurs de résistance à des produits autres que les antibiotiques afin de produire des animaux à ADN recombiné destinés à la consommation, et on ne dispose d'aucune étude portant sur leur sécurité sanitaire. Il serait souhaitable de développer de nouveaux gènes marqueurs de sélection qui ne confèrent pas de résistance à des antibiotiques.
  • Thumbnail Image
    Book (series)
    Caractérisation des dangers liés à la présence de pathogènes dans les aliments et dans'l'eau. Directives. Série Évaluation des Risques Microbiologiques (MRA) 3 2004
    Also available in:

    Le processus d’élaboration des directives sur la caractérisation des dangers a commencé dans le cadre d’un atelier accueilli par l’Institut national de santé publique et environnementale (RIVM), qui est le centre collaborateur de l’OMS pour la sécurité sanitaire des aliments, à Bilthoven (Pays-Bas) du 13 au 18 juin 2000. Les participants étaient des scientifiques actifs dans le domaine de la caractérisation des dangers liés à des agents pathogènes transmis aux hommes et aux animaux à travers les aliments et l’eau. Le document rédigé durant l’atelier a été revu à une série de réunions d’experts sur la sécurité sanitaire des aliments et de l’eau, dont: • La Consultation mixte FAO/OMS d’experts sur l’évaluation du risque microbiologique dans les aliments, qui s’est tenue au siège de la FAO à Rome (Italie), du 17 au 21 juillet 2000. • La réunion de l’OMS sur les approches efficaces pour la réglementation de la qualité microbiologique de l’eau potable, qui s’est déroulée à Glenelg, Ad élaïde (Australie), du 14 au 18 mai 2001.
  • Thumbnail Image
    Book (series)
    Procédures pour la mise en quarantaine d’animaux aquatiques vivants: un manuel. 2012
    Also available in:

    La quarantaine est une mesure importante de gestion des risques et une activité essentielle à prendre en compte lors de l’élaboration d’une stratégie nationale de biosécurité des animaux aquatiques. Elle peut aussi être utilisée pour accroître significativement la sécurité sanitaire au niveau des fermes. Ce manuel décrit les exigences techniques à respecter lors du confinement d’animaux aquatiques dans trois contextes différents, déterminés en fonction des dangers identifiés lors de l’analyse des risques: (i) Quarantaine des espèces présentant un «risque élevé» (par exemple, animaux aquatiques soumis à des mouvements internationaux à des fins d’introduction ou de transfert ou faisant l’objet de mouvements nationaux entre des régions ayant un statut sanitaire différent, et qui sont destinés à être utilisés pour le développement de l’aquaculture, de la pêche, ou toute autre utilisation au cours de laquelle les animaux ou les pathogènes qu’ils peuvent porter, sont susceptibles d’être volontairement libérés ou de s’échapper dans le milieu naturel); (ii) Quarantaine des espèces présentant un «risque faible» (par exemple animaux aquatiques destinés au marché de l’aquariophilie) visant essentiellement à améliorer la biosécurité d’animaux faisant déjà l’objet d’un commerce établi; (iii) Quarantaine de routine au niveau des structures de production (par exemple à l’occasion de l’introduction d’un nouveau stock d’alevins ou de géniteurs issus d’éleva ge ou capturés localement, dont le transfert aura été subordonné à d’autres mesures plus strictes de gestion des risques, telles que l’utilisation de stocks EOPS exempts d’organismes pathogènes spécifiques, une certification sanitaire internationale ou une mise en quarantaine avant ou lors du passage de frontière, etc.). Ce manuel est destiné aux décideurs gouvernementaux et aux agences nationales et régionales en charge de la biosécurité, pour leur permettre d’évaluer leurs besoins et de mettre en place des dispositifs de quarantaine efficaces et économiques dans le cadre de programmes nationaux ou régionaux. Il fournit également des conseils pratiques aux organismes, à leur personnel technique et aux entreprises privées sur la mise en place de structures efficaces de quarantaine et leur gestion quotidienne.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.