Thumbnail Image

Intégration des initiatives de réduction des pertes alimentaires pour les petits exploitants dans les zones à déficit vivrier

Un projet conjoint des agences des Nations Unies basées à Rome (2017-2017)










Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Brochure, flyer, fact-sheet
    Le projet "Intégrations des initiatives de réduction des pertes alimentaires pour les petits exploitants dans les zones à déficit vivrier
    Mis en oeuvre conjointement par les organismes des Nations Unies ayant leur sièege à Rome, et ses principaux résultats
    2021
    Also available in:

    Cette brochure souligne les réalisations et les résultats du projet, conjointement élaboré et mis en oeuvre par les trois organismes des Nations Unies ayant leur siège à Rome, la FAO, le FIDA et le PAM, de 2013 à 2020, financé par la Direction du développement et de la coopération suisse (DDC), a contribué aux progrès accomplis vers la réalisation de la Déclaration de Malabo de l’UA sur la réduction des pertes après récolte et vers les cibles des ODD. Il a été d’une portée mondiale grâce à une plateforme internet dynamique reliant la Communauté de praticiens sur la réduction des pertes alimentaires (CdP), plateforme qui facilite l’accès à la connaissance, ainsi que des activités au niveau national dans trois pays: le Burkina Faso, la République démocratique du Congo et l’Ouganda. Dans chacun de ces trois pays, le projet conjoint a apporté son soutien en matière de réduction des pertes alimentaires dans des chaînes de valeur sélectionnées et a mis en oeuvre une approche multidimensionnelle permettant de lutter efficacement contre les causes interdépendantes des pertes alimentaires.
  • Thumbnail Image
    Document
    Réduire les Pertes Alimentaires au Burkina Faso, en République Démocratiquedu Congo et en Ouganda - RBA GLO 001 SWI 2018
    Also available in:

    Beaucoup de petits agriculteurs utilisent les céréales et les légumineuses comme aliment de base. Bien que les systèmes de production et d’après récolte soient en constante amélioration, certaines des pertes alimentaires les plus élevées ont lieu au niveau des exploitations, contribuant ainsi à la hausse des prix alimentaires et à l’élimination d’une partie des approvisionnements alimentaires. Avec l’intention partagée de réduire les pertes alimentaires en règle générale et les pertes après récolte en particulier, les agences basées à Rome (FAO, FIDA et PAM) ont uni leurs forces pour améliorer les capacités des parties prenantes à différents niveaux et pour mettre au point une approche axée sur le marché devant remédier aux inefficacités des chaînes d’approvisionnement en céréales qui entraînent des pertes de produits alimentaires dans les régions en déficit vivrier. En facilitant les liens et le partage d’informations grâce à une communauté de pratique mondiale sur la réduction des pertes alimentaires, qui a vu le jour dans le cadre de l’initiative mondiale SAVE FOOD, le projet a sensibilisé, identifié et diffusé des solutions et des stratégies de réduction des pertes alimentaires.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Analyse des pertes alimentaires: causes et solutions
    Études de cas sur le sorgho, le maïs, le niébé au Burkina Faso
    2019
    Also available in:
    No results found.

    Deux études ont été conduites au Burkina Faso pour une analyse approfondie des pertes après-récolte et de leurs causes le long des chaînes d’approvisionnement (CA) du sorgho, du maïs et du niébé. La première étude sur le terrain des pertes après-récolte a été conduite entre les mois d’octobre 2015 et d’avril 2016 dans trois régions du pays. Deux chaînes d’approvisionnement ont été sélectionnées par région: celle du commerce classique de céréales, et celle organisée autour des organisations faitières de producteurs. La réplication de cette étude s’est déroulée entre les mois de novembre 2016 et d’avril 2017 et a concerné les chaînes d’approvisionnement organisées autour de l’UGCPA dans la Boucle du Mouhoun pour le sorgho, de l’UPPA/Houet dans les Hauts Bassins pour le maïs, et de l’AFDR dans le Nord pour le niébé. L’objectif de l’étude est d’estimer les pertes qualitatives et quantitatives le long des chaînes d’approvisionnement du sorgho, du maïs et du niébé, de mettre en évidence les points critiques de pertes et d’identifier les principales causes des pertes. De plus, il s’agit d’identifier les solutions appropriées, réalisables et durables, les meilleures pratiques et les stratégies de réduction des pertes après-récolte. La réplication de la première étude vise à comparer les résultats obtenus sur deux années consécutives, à compléter les informations qui n’ont pas pu être collectées au cours de la première étude, et à essayer de mieux comprendre les différences éventuelles et les causes (occasionnelles et structurelles).

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.