Thumbnail Image

Manuel de communication sur les risques appliquée à la sécurité sanitaire des aliments











Also available in:

Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Guide FAO/OMS d'application des principles et des procedures d'analyse des risque lors des urgences en matière de sécurité sanitaire des aliments 2011
    Also available in:

    Une partie essentielle de la réponse aux urgences de sécurité sanitaire des aliments est le processus qui consiste à évaluer les risques, à prendre des décisions sur la gestion des risques et à communiquer sur les risques face à des contraintes de temps, de manque de données et de lacunes des connaissances. Bien que les éléments pour mener une analyse des risques aient été documentés par le Codex Alimentarius, le processus d’application du concept d’analyse des risques en cas d’urgence n’a pas é té abordé à fond sur le plan opérationnel. Certains pays ont cependant des procédures bien définies pour évaluer, gérer et communiquer sur les risques de sécurité sanitaire des aliments dans un contexte d’urgence, dont il est possible de dégager des bonnes pratiques. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont élaboré ce guide afin d’aider les pays à appliquer les principes et les procédures d’analyse des risques en cas d’urgence dans leurs systèmes nationaux de contrôle des aliments, l’analyse des risques étant une composante essentielle de la planification nationale de la réponse aux urgences de sécurité sanitaire des aliments.
  • Thumbnail Image
    Book (series)
    Analyse des riesques relatifs á la sécurité sanitaire des aliments
    Guide à l'usage des autorités nationales responsables de la sécurité sanitaire des aliments
    2006
    Garantir la sécurité sanitaire des aliments pour protéger la santé publique et favoriser le développement économique demeure un important défi tant dans les pays en développement que dans les pays développés. De considérables progrès ont été accomplis dans de nombreux pays s’agissant de renforcer les systèmes de sécurité sanitaire des aliments, ce qui met en évidence les possibilités de réduire et de prévenir les maladies d’origine alimentaire. Cependant, les taux de maladies d’origine alimentaire restent excessivement élevés et de nouveaux dangers continuent à s’immiscer dans la filière de l’alimentation. Les risques d’origine alimentaire pesant sur la santé peuvent être liés à des dangers de nature biologique, chimique ou physique. Il existe une discipline fondamentale pour réduire encore davantage les maladies d’origine alimentaire et renforcer les systèmes de sécurité sanitaire des aliments : l’analyse des risques. Au cours de ces dernières décennies, l’évaluati on des risques, la gestion des risques et la communication sur les risques ont été formalisées et intégrées dans cette discipline particulière qu’on désigne comme analyse des risques en matière de sécurité sanitaire des aliments. Cette approche est désormais largement admise comme méthode préférentielle pour évaluer les relations possibles entre les dangers présents dans la filière alimentaire et les risques avérés pour la santé humaine, et elle prend en compte un large éventail d’él éments factuels pertinents pour les prises de décisions quant aux mesures de contrôle appropriées. Quand elle est utilisée pour établir des normes alimentaires et des mesures de contrôle des aliments d’une autre nature, l’analyse des risques favorise une évaluation scientifique approfondie, la participation d’un large éventail de parties prenantes, la transparence du processus, un traitement cohérent des différents dangers et une prise de décision systématique chez les gestionnaires de s risques. L’application de principes et de méthodologies harmonisés en matière d’analyse des risques dans les différents pays facilite, par ailleurs, les échanges commerciaux de produits alimentaires.
  • Thumbnail Image
    Book (series)
    Rapport de la Consultation mixte d'experts sur les risques et bénéfices de la consommation de poisson. Rome, 25-29 janvier 2010 2013
    Also available in:

    L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et l’Organisation mondiale de la Santé ont organisé, du 25 au 29 janvier 2010, une consultation mixte d’experts sur les risques et bénéfices de la consommation de poisson. Elle avait pour mission d’étudier des données sur les concentrations de nutriments (acides gras oméga-3 à longue chaîne) et de certains contaminants chimiques (méthylmercure et dioxines) dans certaines espèces de poissons et de comparer, du point de vue de la santé, les bénéfices et l’apport en nutriments attribuables à la consommation de poisson aux risques liés à la présence de contaminants dans le poisson. La Consultation d’experts a tiré plusieurs conclusions concernant les bénéfices et les risques de la consommation de poisson pour la santé et a recommandé aux États Membres de prendre une série de mesures pour mieux évaluer et gérer les risques et les bénéfices de la consommation de poisson et en informer plus efficacement leur s citoyens. La Consultation d’experts a mis au point un cadre pour évaluer les bénéfices ou les risques nets de la consommation de poisson pour la santé, qui permettra d’orienter les travaux des autorités nationales chargées de la sécurité sanitaire des aliments et ceux de la Commission du Codex Alimentarius sur la gestion des risques, compte tenu des données existantes sur les bénéfices de la consommation de poisson. La Consultation d’experts est parvenue aux conclusions suivantes: Le poisson est une source d’énergie, de protéines et de plusieurs autres nutriments importants, notamment d’acides gras polyinsaturés à longue chaîne n-3 (AGPI LC n-3). La consommation de poisson fait partie des traditions culturelles de nombreux peuples. Dans certaines populations, le poisson est un aliment important et une source principale de nutriments essentiels. Dans la population adulte générale, la consommation de poisson, notamment de poisson gras, réduit le risque de décès pa r cardiopathie coronarienne. Il n’existe pas de preuve probable ou convaincante d’un risque de cardiopathie coronarienne associé au méthylmercure. Les risques potentiels de cancer associés aux dioxines sont bien inférieurs aux bénéfices avérés de la consommation de poisson en termes de cardiopathie coronarienne. Si l’on compare les bénéfices des AGPI LC n-3 aux risques que représente le méthylmercure pour les femmes en âge de procréer, dans la plupart des situations évaluées, la consomma tion de poisson par la mère réduit le risque que le développement neurologique de l’enfant ne soit pas optimal. Lorsque les niveaux d’exposition de la mère aux dioxines (présentes dans le poisson et d’autres aliments) ne dépassent pas la dose mensuelle tolérable provisoire (PTMI) de 70 pg/kg de poids corporel, fixée par le JECFA (pour les PCDD, les PCDF et les PCB coplanaires), le risque pour le développement neurologique du foetus est négligeable. Lorsque les niveaux d’exposition de l a mère aux dioxines (présentes dans le poisson et d’autres aliments) dépassent la dose mensuelle tolérable provisoire, il se peut que ce risque ne soit plus négligeable. Concernant le nourrisson, le jeune enfant et l’adolescent, les données disponibles sont actuellement insuffisantes pour établir un cadre quantitatif des risques et des bénéfices de la consommation de poisson pour la santé. Cependant, l’adoption dès un jeune âge de régimes alimentaires sains comprenant du poisson influe s ur les habitudes alimentaires et la santé à l’âge adulte.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.