Thumbnail Image

Programme global d'intervention et de redressement covid-19 de la FAO - Données pour la prise de décisions

Garantir des données et une analyse de qualité pour des politiques efficaces de soutien aux systèmes alimentaires et à l’opération «Faim zéro»











FAO. 2021. Programme global d'intervention et de redressement covid-19 de la FAO - Données pour la prise de décisions: Garantir des données et une analyse de qualité pour des politiques efficaces de soutien aux systèmes alimentaires et à l’opération «Faim zéro». Rome.




Related items

Showing items related by metadata.

  • Thumbnail Image
    Document
    Plan de réponse face à la crise alimentaire et nutritionnelle au Sahel. Document Strategique 2012. Version 2 2012
    Also available in:
    No results found.

    1. En 2011, des pluies sporadiques, des récoltes insuffisantes localisées ainsi que la hausse des prix alimentaire et des effets des crises dans la région ont eu un impact combiné sur les populations déjà très vulnérables dans les pays du Sahel. Il est estime que plus de 10 million de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire et que plus d’un million d’enfants sont à risque de malnutrition aigüe sévère. Si la malnutrition et l’insécurité alimentaire devaient encore s’aggraver, le nomb re d’enfants voués à mourir ne cesserait d’augmenter. 2. La résilience de plus en plus limitée des populations face aux crises récurrentes au Sahel est une des caractéristiques de la région, où les ménages ne parviennent plus, au lendemain d’une crise, à reconstituer leurs moyens d’existence avant que n’arrive le choc suivant. Les enfants de la région du Sahel souffrent d’un taux très élevé de malnutrition, non seulement au moment du pic de soudure, mais également en période post récoltes. On e stime que chaque année, dans les 8 pays de la région sahélienne (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad, nord du Nigéria et nord du Cameroun), environ 226.000 enfants meurent à cause de la malnutrition et ses conséquences sur leur santé. La vulnérabilité des ménages est encore accrue par des facteurs extérieurs, notamment le retour de plusieurs centaines de milliers de travailleurs migrants de Libye ou de Côte d’Ivoire, du fait des crises que ces pays ont connues en 2011. 3. Face à cette situation, les partenaires humanitaires regroupés au sein du Groupe de Travail Régional sur la Sécurité Alimentaire et la Nutrition présentent cette stratégie dont les objectifs sont de : i) renforcer la préparation au niveau régional ; ii) soutenir la coordination des acteurs de la réponse et faciliter le suivi de la situation ; iii) servir comme document de référence au cas où d’autres appels (Flash Appeals par exemple) sont élaborés dans les pays de la région ; iv) sensibiliser des b ailleurs ainsi que les partenaires et Gouvernements de la région à l’ampleur de ces crises et à leur caractère transfrontalier et à la nécessité d’y répondre à temps ; et v) faciliter la mobilisation des ressources. 4. En l’absence d’un appel consolidé (CAP) régional en 2012, ce document plus souple vise à appuyer les efforts en cours des différentes autorités nationales à travers une perspective régionale. Il inclut un plan de réponse chiffré des interventions indispensables pour atténuer les effets de la crise. Le montant total des interventions prévues pour répondre à la crise s’élève à US$724.546.917 dont $480.906.207 pour la sécurité alimentaire et $243.640.710 pour la nutrition Les chiffres des bénéficiaires par activité se trouvent dans les tableaux des budgets et besoins estimés, repris dans les plans de réponse (pages 16 et 19). 5. Il est toutefois important de signaler que les vulnérabilités actuelles ne pourront être éliminées par des interventions uniquement humanitaires. Le vrai défi consiste à briser le cercle vicieux de crises alimentaires et nutritionnelles qui semblent frapper à intervalles toujours plus rapprochés des populations dont la résilience ne cesse de faiblir. Il est donc indispensable de fournir des ressources adéquates pour des programmes à long terme qui permettront de traiter durablement les causes structurelles de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition dans le Sahel. Il faudra pour cela adopter des stratégies intégrées au sein des gou vernements, entre les gouvernements de la région et avec la participation active de la société civile, des partenaires au développement et du secteur privé.
  • Thumbnail Image
    Book (stand-alone)
    Investissements responsables dans l'agriculture et les systèmes alimentaires - Guide pratique à l'intention des parlementaires et des conseillers parlementaires 2020
    Also available in:

    Ce guide pratique s'adresse aux députés et aux conseillers parlementaires, qui sont considérés comme des «agents de changement». Il donne une vue d’ensemble exhaustive et systématique du rôle que les parlementaires peuvent jouer dans la création d’«environnements favorables» fiables, cohérents et transparents dans les différents domaines liés à l'investissement dans les systèmes agricoles et alimentaires. Le guide illustre cette démarche, non en énumérant une liste d’instructions, mais en fournissant des notes d'orientation, des exemples de bonnes pratiques et des indications très pratiques. Il ne vise pas à fournir un schéma directeur à mettre en œuvre par chaque parlement, mais au contraire il définit plutôt les étapes clés des processus et des mécanismes que les parlementaires et les conseillers doivent prendre en considération lorsqu’ils promeuvent l'investissement responsable dans les systèmes agricoles et alimentaires. La première partie du guide présente les Principes pour l'investissement responsable dans les systèmes agricoles et alimentaires et explique :
    • pourquoi il est urgent de renforcer l'investissement responsable dans les systèmes agricoles et alimentaires;
    • ce qu'est un investissement responsable dans les systèmes agricoles et alimentaires ;
    • et comment il peut contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) et des plans de développement nationaux.
    Dans la deuxième partie, des notes d'orientation spécifiques guident les parlementaires et les conseillers à travers des actions concrètes qu'ils peuvent mettre en œuvre dans leur pays pour améliorer et accroître les investissements. Pour aider les parlementaires et les conseillers à créer des partenariats efficaces avec d'autres parties prenantes, telles que d'autres parlementaires, le secteur privé, la société civile et le monde universitaire, la partie 3 contient des messages clés adaptés qui peuvent être utilisés de manière ponctuelle lors de réunions, de conférences et pour d'autres types de communication tels que des rapports, des communiqués de presse et des médias sociaux. Elle comprend des explications utiles sur la manière dont les données et les statistiques nationales peuvent soutenir les activités de plaidoyer et de communication.
  • Thumbnail Image
    Newsletter
    Bulletin d’information FAO Burkina Faso, juillet 2021 - no. 1
    Sécurité alimentaire et analyse des risques dans le Centre-Nord, Est, Nord et Sahel
    2021
    Also available in:
    No results found.

    Au Burkina Faso, les quatre régions les plus touchées par la crise sécuritaire – le Centre-Nord, l’Est, le Nord et le Sahel – continuent de faire face à une situation humanitaire sans précèdent. La détérioration de l’insécurité dans le pays provoque des déplacements massifs de population, un accès limité à certaines communes et entrave l’accès aux marchés et aux champs, impactant gravement les moyens d'existence et les activités de production agricole. La soudure pastorale (mars-avril 2021) a été rendue difficile pour les éleveurs en raison de l’interdiction de l’entrée des transhumants étrangers sur le territoire béninois et la fermeture récente de la frontière du Togo liée à la pandémie de covid-19, la fermeture de certains marchés à bétail et la perturbation des mouvements des animaux. Les éleveurs ont également été touchés par la raréfaction des pâturages naturels, le tarissement des points d’eau, avec souvent pour seule source disponible les puits et les forages, et une augmentation des prix du bétail. Dans les quatre régions du pays, de nouveaux déplacés ont déjà été enregistrés ou sont attendus au cours des prochains mois et leurs besoins d’assistance, notamment alimentaire, en soins vétérinaires, aliments pour bétail, intrants et équipements de production agropastorale, ainsi que pour un accès sécurisé aux terres agricoles, pâturages et ressources naturelles, n’ont pas encore été couverts. Pour une réponse en phase avec les besoins des PDI et des personnes vulnérables, il est indispensable de disposer d’informations sur l’effectif du cheptel exposé à la soudure pastorale, les besoins en intrants agropastoraux des PDI et les superficies disponibles et accessibles à mettre à leur disposition pour la production agricole. Il est crucial de permettre aux populations de produire leur propre nourriture pendant la prochaine campagne humide, et de mettre en place des activités génératrices de revenus pour la promotion de leur autonomie financière et le rétablissement de leurs moyens d’existence.

Users also downloaded

Showing related downloaded files

No results found.